Jeudi 18 avril 2019 à 05:39, 103022 biographies, 834 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Antoine FRÉROT

M. Antoine FRÉROT

(Article de presse associé à la biographie)

Tout voir

Correspondance économique M. Antoine FREROT président-directeur général de Veolia, a présenté un plan d'action contre le dérèglement climatique

Correspondance économique - Date de parution : 08/02/2019

Alors que les résultats annuels du groupe seront présentés le 21 février, le président-directeur général de Veolia Antoine FREROT a évoqué hier un exercice 2018 "très satisfaisant" lors d'une journée du groupe consacrée à la presse. Le quatrième trimestre a même été marqué par une hausse de 7,4 % du résultat opérationnel, a-t-il fait savoir, alors que 2019 marquera "la dernière année d'exécution du plan stratégique du groupe".

Pour la suite, Veolia entend présenter une nouvelle feuille de route sur quatre ans qui le verra concentrer ses ressources sur les activités présentant le plus fort potentiel. "Les activités à plus faible potentiel seront, elles, ralenties ou cédées", n'a pas caché M. FREROT. Si 2018 a été "une année de consolidation", le futur plan traitera de "ce que nous voulons faire, c'est-à-dire le quoi, mais aussi le comment", a-t-il expliqué. En d'autres termes, il comportera un volet sur l'organisation et le fonctionnement de Veolia, appelés à évoluer. "Mais au-delà de ça, le plan traitera aussi du pourquoi", a ajouté M. FREROT. "Nous allons préciser la raison d'être du groupe, sa culture et ses valeurs, comme la loi Pacte invite les entreprises à la faire". Ladite raison d'être sera débattue en conseil d'administration et présentée en assemblée générale en avril, a précisé le dirigeant.

Le secteur des services à l'environnement pourrait assurer 30 % de la réduction des gaz à effet de serre

Car Veolia entend plus que jamais inscrire ses métiers dans une perspective de lutte contre le dérèglement climatique, "dont nous sentons chaque année davantage la morsure", a souligné son président-directeur général, qui se dit persuadé que "stabiliser le réchauffement est encore possible".

"Parmi les solutions, toutes n'exigent pas une remise en cause radicale de nos modes de vue ou une impérieuse coordination mondiale", a-t-il affirmé pour justifier son "optimisme réaliste". Le groupe a ainsi commandé une étude au cabinet Roland Berger pour illustrer sa vision. Celle-ci rappelle que 53 milliards de tonnes de gaz à effet de serre (GES) sont en effet rejetés chaque année dans l'atmosphère. En cas de maintien des politiques climatiques actuelles, ce chiffre atteindra 66 milliards en 2050. En clair, les trajectoires en vigueur ne suffiront pas à maintenir la hausse des températures sous le seuil fatidique de 2°C. Pour y parvenir, il faudrait 26 milliards de tonnes en moins d'ici 2050, soit une division par deux des volumes actuels.

Pour Veolia, les meilleurs axes de lutte résident dans l'efficacité énergétique de l'industrie, la capture du C02 ("qui va arriver un peu tard mais sera un gros contributeur"), et l'efficacité des bâtiments. "Avec ses seules solutions, le secteur des services à l'environnement pourrait assurer jusqu'à 30 % de la réduction des rejets de gaz à effet de serre", a fait valoir M. FREROT.

L'étude de Roland Berger a ainsi analysé quinze solutions existantes à l'aune de quatre critères : la maturité technologique, la compétitivité, le soutien réglementaire (le cadre juridique est-il favorable ?) et l'impact sur l'emploi (positif ou négatif ?). Ces solutions vont de l'efficacité énergétique des bâtiments et de l'industrie (plus de 40 % des 12 milliards de tonnes de GES à réduire), au recyclage des déchets ou à la valorisation énergétique des eaux usées. "La plupart des quinze solutions sont actuellement à maturité technologique, mais le tableau est plus contrasté sur le plan commercial et réglementaire", a observé M. FREROT.

Et pourtant, il ressort que des mesures bien concrètes de court-moyen terme, c'est à dire déployée sur la période 2020-2035, auraient un impact significatif. L'efficacité énergétique dans les industries pourraient ainsi représenter -2,5 milliards de tonnes de CO2 rejetées dans l'atmosphère en 2050 ; la valorisation des boues et des déchets organiques en biogaz et amendements agricoles empêcherait le rejet de 300 millions de tonnes au même horizon ; et jusqu'à 2 milliards de tonnes pour l'efficacité énergétique dans les bâtiments. De même, "le recyclage des plastiques ferait chuter les émissions de 700 millions de tonnes, l'équivalent de ce que génère l'Australie", a noté M. <FREROT, tout en créant "80 000 emplois directs et 120 000 indirects" au niveau européen.

Veolia et Roland Berger dressent ainsi un plan concret, étalé dans le temps, des solutions à déployer pour parvenir à contenir la hausse des températures en dessous des seuils considérés catastrophiques et potentiellement ingérables. Pour certaines, telle la réutilisation des eaux usées, il existe néanmoins un "besoin massif d'un soutien réglementaire", fait valoir le groupe, alors que des procédés à fort potentiel mais à faible maturité technologique et commerciale, comme le stockage de l'énergie et la capture de CO2, nécessiteront des investissements majeurs en termes d'infrastructure.


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.