Lundi 19 août 2019 à 05:31, 103313 biographies, 435 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Jean-Bernard LÉVY

M. Jean-Bernard LÉVY (Articles de presse associés à la biographie)

Tout voir

Correspondance économique Jean-Bernard LEVY : les défis de son nouveau mandat de président-directeur général d'EDF

Correspondance économique - Date de parution : 17/05/2019

Les actionnaires d'EDF ont voté à près de 98 % pour la reconduction du président-directeur général Jean-Bernard LEVY

Comme attendu, le président-directeur général d'EDF Jean-Bernard LEVY a été renouvelé dans ses fonctions pour un mandat de quatre ans lors de l'assemblée générale du groupe qui s'est tenue hier. Les actionnaires ont voté à 97,94 % en faveur de sa reconduction, proposée par l'Elysée en février, et validée par le Parlement en début de mois (cf. CE du 03/05/2019). M. LEVY est actuellement âgé de 64 ans, mais l'âge limite pour présider EDF avait été repoussé de 65 à 68 ans en 2005 à la faveur d'une modification des statuts du groupe.

Par ailleurs, comme nous l'annoncions, l'assemblée générale a validé les nominations en qualité d'administrateurs pour quatre ans de Mme Anne RIGAIL, directrice générale d'Air France et directrice générale adjointe d'Air France-KLM ; M. Bruno CREMEL, ancien inspecteur des finances, general partner de Partech Ventures ; M. Gilles DENOYEL, ancien inspecteur des finances, président de Dexia et de Dexia Crédit Local ; et M. Philippe PETITCOLIN, administrateur-directeur général de Safran, vice-président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas).

A l'issue d'un conseil d'administration tenu plus tard dans la journée, M. LEVY a été nommé président-directeur général d'EDF "par intérim" dans l'attente de la publication d'un décret du président de la République.

Trois "chantiers majeurs" pour le nouveau mandat

En introduction de l'assemblée générale d'hier, le dirigeant reconduit a évoqué les trois "défis" représentant les "chantiers majeurs" de son nouveau mandat. Le premier porte sur la réforme de la régulation nucléaire actuelle, qu'EDF ne cesse de dénoncer en réclamant une refonte du dispositif de l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique). Ce dernier oblige l'énergéticien à revendre à ses concurrents jusqu'à 100 térawattheures (TWh) de son électricité nucléaire produite en France, au prix (inchangé depuis 2011) de 42 euros le mégawattheure. M. LEVY rappelle de longue date que l'Arenh a déjà largement rempli sa mission - permettre l'émergence de fournisseurs alternatifs - et représente maintenant pour EDF une source de fragilité économique majeure et injustifiée. Hier encore, il a indiqué travailler avec l'Etat pour mettre en place une nouvelle "régulation équitable et durable".

En parallèle, M. Jean-Bernard LEVY devra mener de front le chantier d'une possible réorganisation du groupe, alors que l'Etat attend de sa part des propositions en ce sens d'ici la fin de l'année. "Il ne s'agit pas, en aucun cas, d'un démantèlement", a répété hier le dirigeant, alors que l'épouvantail d'une scission alimente les craintes des syndicats. "Il s'agit le cas échéant de permettre aux différentes activités d'EDF, qui se développent à des rythmes et selon des modalités de financement diversifiées, de trouver les moyens d'assurer croissance et performance", a-t-il réaffirmé, comme il l'avait déjà fait récemment devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale (cf. CE du 02/05/2019). Rappelons que le scénario le plus fréquemment évoqué verrait les activités nucléaires du groupe être "sanctuarisées" via une renationalisation au moins partielle, et isolées des autres activités d'EDF dans les énergies renouvelables, les services, la fourniture d'électricité et la distribution.

Enfin, troisième et dernier défi : proposer un nouveau réacteur EPR optimisé, notamment en termes de couts, alors que l'exécutif entend statuer à la mi-2021 sur le lancement d'un nouveau programme électronucléaire (entendre : la construction de nouveaux réacteurs sur le territoire). "Notre filière nucléaire est un atout aujourd'hui et il faut que ça le reste demain, sachons ne pas la gâcher par des atermoiements", a plaidé une nouvelle fois hier M. LEVY.

Si le dirigeant n'a pas spontanément évoqué le difficile chantier EPR de Flamanville, plusieurs actionnaires ont tenu à exprimer leurs craintes sur le sujet. "Nous appliquerons de façon très rigoureuse les décisions que l'autorité de sûreté aura été amenée à prendre", a assuré M. LEVY alors que l'ASN doit se prononcer sur huit soudures difficilement accessibles, qui, si elles devaient être reprises, entraîneraient d'importants travaux et de nouveaux retards. Un actionnaire a ainsi évoqué un "surcoût de 2 milliards" en cas de dépassement de calendrier de deux ans supplémentaires. Rappelons que le réacteur de troisième génération devait initialement être démarré en 2012. Le coût du chantier s'élève actuellement à 10,9 milliards d'euros, près de quatre fois le montant prévu à l'origine. Hier M. LEVY a répondu ne pas "rentrer du tout" dans ces chiffres de 2 milliards, en évitant toutefois de spéculer sur le sujet.

Hasard du calendrier, le président de l'ASN Bernard DOROSZCZUK a indiqué hier à l'Assemblée nationale que le gendarme du nucléaire se prononcerait en juin sur les soudures incriminées. Un groupe d'experts de l'ASN avait conclu en avril qu'EDF ne pouvait les laisser en l'état, comme il le souhaite, et devrait engager des travaux. L'Autorité organise préalablement, le 29 mai, une audition au cours de laquelle le groupe présentera sa "position argumentée".

Correspondance économique Les parlementaires se sont prononcés en faveur de la reconduction de M. Jean-Bernard LEVY à la présidence-direction générale d'EDF

Correspondance économique - Date de parution : 03/05/2019

M. Jean-Bernard LEVY, président-directeur général d'EDF, a été auditionné hier par la commission des Affaires économiques du Sénat, préalablement à un vote des sénateurs sur sa reconduction pour un second mandat de quatre ans à la tête de l'énergéticien public, sur proposition du président de la République, et en application de l'article 13 de la Constitution. Une audition et un vote similaire avaient déjà eu lieu mardi de la part de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale (cf. CE du 02/05/2019). Les sénateurs se sont prononcés en faveur du renouvellement de M. LEVY par 8 voix pour, 5 bulletins blancs et une abstention ; les députés par 20 voix pour, 2 voix contre et 4 abstentions.

Lors de son audition, M. LEVY, qui réfléchit actuellement à une nouvelle organisation du groupe comme lui a demandé l'Etat, a réaffirmé qu'EDF resterait "une entreprise intégrée", "avec son pacte social". "Nous avons à regarder si une nouvelle organisation des actifs permettrait à EDF de mieux jouer son rôle d'investisseur pour la transition énergétique et pour le pouvoir d'achat des ménages et des entreprises", a-t-il expliqué devant la commission des Affaires économiques du Sénat.

Ce projet de réorganisation, baptisé "Hercule", a soulevé l'inquiétude de syndicats et de certains élus, qui s'inquiètent d'un potentiel démantèlement de l'entreprise. "Notre souci, c'est que nous avons une dette d'ores et déjà importante, alors que nous avons devant nous aujourd'hui et demain un niveau d'investissements qui n'est pas compatible avec notre niveau de dette", a fait valoir M. LEVY. La dette d'EDF dépasse en effet les 33 milliards d'euros, au moment où le groupe doit massivement investir, notamment pour prolonger la vie de son parc nucléaire et se développer dans les énergies renouvelables. "Il s'agit de voir si peut-être, avec par exemple deux bilans, nous pourrions augmenter nos capacités d'endettement et donc d'investissement", a détaillé le dirigeant. "Si nous organisons différemment nos actifs et nos passifs, peut-être arriverons nous à démontrer que nous pouvons mieux déployer nos investissements au bénéfice de la collectivité".

Correspondance économique Le président de la République Emmanuel MACRON envisage de renouveler M. Jean-Bernard LEVY en qualité de président-directeur général d'EDF

Correspondance économique - Date de parution : 15/02/2019

Le président de la République Emmanuel MACRON envisage, sur proposition du Premier ministre Edouard PHILIPPE, de renouveler M. Jean-Bernard LEVY en qualité de président-directeur général d'Electricité de France (EDF). L'Etat proposera au conseil d'administration et à la prochaine assemblée générale ordinaire qu'il soit reconduit comme administrateur puis comme président-directeur général d'EDF. Les commissions des Affaires économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat devront se prononcer sur cette proposition.

Né en mars 1955, ancien élève de l'Ecole polytechnique (1973), ingénieur en chef des télécommunications, M. Jean-Bernard LEVY fut notamment responsable du département "lignes et transmissions", à la direction opérationnelle des télécommunications d'Angers de 1979 à 1982. Adjoint au chef de service pour l'informatique et les politiques de personnel au service du personnel de la direction générale des télécommunications (1982-1986), il fut ensuite conseiller technique (1986-1987), avant d'être conseiller pour les affaires internationales et industrielles au cabinet de M. Gérard LONGUET alors ministre délégué aux Postes et Télécommunications (1987-1988). Directeur des télécommunications spatiales chez Matra Marconi Space de juin 1988 à avril 1993, puis directeur du cabinet de M. Gérard LONGUET au ministère de l'Industrie, des Postes et des Télécommunications (1993-1994), il fut conseiller auprès de M. José ROSSI à ce même ministère (1994). Il rejoignit alors le groupe Matra-Hachette, devenu Lagardère, où il fut directeur à la direction générale (1994-1998). Il se vit parallèlement confier les fonctions de président-directeur général de Matra Communication, qu'il occupa de 1995 à 1998. Directeur général de la société de bourse Oddo et Compagnie (1998-1999), il en fut associé gérant de 1999 à 2002, étant parallèlement président du collège des gérants d'Oddo Pinatton Corporate (2000-2002). Directeur général adjoint de Vivendi Universal, d'août 2002 à avril 2005, M. LEVY devint ensuite président du directoire de Vivendi Universal, devenu en avril 2006, Vivendi. Il prit parallèlement la présidence du conseil de surveillance de Groupe Canal+ et la présidence-direction générale de SFR, respectivement en février et mars 2012 jusqu'en juin de la même année. Il fut ensuite président-directeur général de Thales de décembre 2012 à octobre 2014. Depuis novembre 2014, M. Jean-Bernard LEVY est président-directeur général d'EDF. Il est par ailleurs président d'Edison SpA (Italie), d'EDF Energy Holdings (Royaume-Uni), président du conseil de surveillance de Framatome, mais également administrateur de Dalkia, vice-président d'Eurelectric, président du Conseil français de l'énergie, et administrateur de France Industrie.

Correspondance économique M. Jean-Bernard LEVY expose au Parlement son projet pour EDF

Correspondance économique - Date de parution : 26/11/2014

M. Jean-Bernard LEVY, jusqu'ici à la tête de Thales, et dont la nomination comme président-directeur général d'EDF doit être validée aujourd'hui en Conseil des ministres, a passé hier son grand oral devant les commissions des Affaires économiques du Sénat et de l'Assemblée. Sa nomination a été validée en soirée par les deux chambres. Dans le détail : 22 parlementaires se sont prononcés "pour" et un "contre" au Sénat comme à l'Assemblée nationale, deux députés s'étant abstenus.

Au préalable, M. LEVY, qui assure déjà la présidence-direction générale d'EDF par intérim depuis lundi, a présenté son projet pour le groupe aux parlementaires. Il a d'ores et déjà identifié des obstacles et des objectifs clairs, alors que l'énergéticien aborde, selon ses propres termes, une ère de mutations sans précédent. "Je me sens un ingénieur et un industriel. J'ai passé plus de dix ans dans le secteur public, de France Télécom aux cabinets ministériels, mais j'ai aussi la fibre de l'entreprise, ayant dirigé trois grands groupes français, Matra, Vivendi et Thales, engagés dans la bataille de la compétition internationale" a fait valoir M. LEVY à cette occasion.

Ce dernier s'est d'abord dit conscient que les prix modérés de l'électricité en France (35 % inférieurs à nos voisins européens et deux fois moins chers qu'en Allemagne), représentent un réel avantage pour le pays, lequel jouit "d'un système énergétique de tout premier ordre". Il a rappelé que le groupe investit 9 milliards d'euros par an et assure un rôle essentiel dans le "développement équilibré des territoires, notamment grâce à ERDF". De même, "EDF est un employeur de référence, une des entreprises favorites des français et des ingénieurs", qui accueille chaque année "6700 alternants" et a décidé récemment de "relever son niveau d'embauche pour former la nouvelle génération d'opérateurs, d'ingénieurs et de techniciens, dans le nucléaire mais aussi les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique".

L'"opportunité" de la transition énergétique

Pour M. LEVY, la transition énergétique "représente une opportunité essentielle pour EDF", dont il entend faire "un acteur majeur". Il a comparé la révolution à venir à la transition numérique, en ce que toutes deux ouvrent des "occasions enthousiasmantes pour innover". "Mon projet serait qu'EDF soit d'abord un acteur majeur du marché des services énergétiques, qui connaissent une croissance de 5 à 10 % par an en Europe, notamment grâce à la filiale Dalkia (dont EDF a pris le contrôle total des activités françaises avant l'été, NDLR), qui lui permettra d'être présent sur l'ensemble de la chaîne de valeurs".

M. LEVY a aussi affirmé ses ambitions dans les énergies renouvelables, alors que la filiale EDF ENR fait déjà du groupe "l'un des dix leaders mondiaux dans le domaine". Il a noté le "socle historique" en la matière, que représente déjà "le formidable parc hydraulique d'EDF, relayé par ses investissements dans le solaire et le photovoltaïque". Mais la transition énergétique est aussi " l'occasion d'optimiser et de renouveler le parc nucléaire". A ce titre, "le grand carénage est un programme très important, qui entraînera des bénéfices économiques majeurs pour le pays dans le respect des prescriptions de l'Autorité de sûreté nucléaire" a fait valoir le futur dirigeant d'EDF.

Le rééquilibrage tarifaire au nombre des priorités

M. LEVY a identifié cinq grands enjeux pour l'énergéticien. Premier d'entre eux : "assainir la situation économique du groupe", un "objectif difficile mais primordial pour qu'EDF reste l'un des tout premiers énergéticiens mondiaux". Il a ainsi dénoncé les "retards préoccupants sur la trajectoire réelle des tarifs de l'électricité par rapport aux trajectoires qui avaient été prévues en accord avec l'Etat". Pour lui, les difficultés ont porté sur le marché de détail (gel de tarifs, formule de calcul), mais aussi sur le marché de gros avec l'Anreh, dispositif qui oblige EDF à revendre à ses concurrents jusqu'à un quart de l'électricité produite par son parc nucléaire, et dont la réévaluation a été décalée à juillet 2015 en début de mois. "Ces écarts forcent EDF à augmenter sans cesse sa dette" a rappelé M. LEVY, soulignant que "chaque année c'est l'endettement qui paye le dividende des actionnaires" (dont l'Etat à hauteur de 84,5 %). Pour le nouveau président-directeur général, "un rééquilibrage tarifaire de l'électricité s'impose, via notamment une stabilisation de la CSPE (taxe qui finance notamment le développement des énergies renouvelables en garantissant un prix d'achat, NDLR) donc la croissance à deux chiffres est un souci". M. LEVY s'est dit conscient qu'"il y a bien sûr de la part de tout gouvernement des réticences à augmenter les tarifs même si les calculs en montrent la nécessité". Mais il a averti qu'en l'absence d'une "indispensable remontée" de ces derniers, le groupe "n'aura pas avoir les moyens de faire tous les investissements qui sont devant lui".

Autre chantier, "la conduite des projets nucléaires", de l'EPR de Flamanville 3 aux réacteurs d' Hinkley Point au Royaume-Uni, en passant par le partenariat engagé avec la Chine. Sur ce point, M. LEVY n'a pas caché compter sur de bonnes relations avec Areva et M. Philippe VARIN, qui devrait prendre prochainement la présidence du conseil d'administration. "Nous aurons à nous pencher de façon étroite sur l'efficacité du partenariat entre EDF et Areva et l'améliorer" a averti M. LEVY, notamment pour optimiser et faire baisser les coûts des réacteurs EPR". Concernant Flamanville, le président-directeur général de Thales a admis qu'il serait "surpris d'avoir de bonnes nouvelles à annoncer au niveau du devis", alors qu'un nouveau retard d'un an a été récemment annoncé. "Il faut reprendre la main sur les délais. C'est une question cruciale pour le groupe et une question d'honneur national de mettre cette affaire sous contrôle. Le resserrement des liens avec Areva et une gestion plus contrôlée de toutes les parties prenantes doit intervenir".

Parallèlement, le futur dirigeant entend aussi apporter une attention particulière "aux activités en aval". Pour lui, "EDF doit jouer tout son rôle dans les services énergétiques et l'efficacité", citant le compteur Linky comme "une première application prometteuse" en la matière. Concernant les dossiers internationaux, il s'est réjoui des positions fortes du groupe outre-Manche, mais aussi en Belgique, Italie et en Pologne. "Il faut maintenant les conforter et déployer une politique internationale bien centrée, une doctrine en la matière, dans des pays comme la Chine. Il me reviendra de focaliser les efforts de déploiement sur quelques pays stratégiques, alors que cette question a, me semble-t-il, était un peu délaissée ces derniers temps". Le cinquième enjeu majeur réside pour M. LEVY dans la question de la gestion des déchets à longue durée de vie. Evoquant le projet Cigeo de stockage profond de déchets radioactifs, M. LEVY a estimé qu'"il faut rapidement trouver la voie d'un consensus entre l'EDF et l'Andra (l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, NDLR) pour développer une filière française du démantèlement et traitement des déchets qui aujourd'hui n'existe pas réellement, ni en France ni dans le monde".

Enfin, sur le plan managérial, le futur président-directeur général compte "engager un projet de transformation qui impliquera un effort de transparence et de prospective", notamment à travers les plans pluriannuels de l'énergie. "Le dialogue social aura toute sa place" a-t-il garanti aux parlementaires, ajoutant qu'il veillerait "à la transparence due aux actionnaires et en particulier à l'Etat, ainsi qu'à la représentation nationale du groupe".

La nécessité de resserrer les liens avec Areva

"Je veux rassurer sur ce plan là : je souhaite que la période qui s'ouvre soit une période de coopération sincère entre les deux groupes" a insisté le futur dirigeant d'EDF, désireux de "tourner la page d'une période d'hostilité". "Il faut structurer de façon claire la coopération technique et commerciale entre Areva et EDF" a-t-il expliqué. A ce titre, M. LEVY a rappelé l'intention de l'Etat de voir des administrateurs communs siéger aux conseils des deux groupes (rappelons que M. Philippe VARIN, pressenti comme futur président du conseil d'administration d'Areva a également été nommé vendredi administrateur d'EDF). "Si je suis bien informé, il semblerait que d'autres personnes ayant des responsabilités éminentes au sein de l'Etat pourraient jouer un rôle majeur au sein des deux conseils à l'avenir" a dit M. LEVY. Ce dernier n'a eu de cesse, tout au long des deux auditions, d'affirmer son intention de faire "souffler un vent nouveau sur les relations Areva-EDF" en partenariat avec M. VARIN, qu'il a dit connaître personnellement de longue date.

Correspondance économique Le nom de M. Jean-Bernard LEVY évoqué pour succéder à M. Henri PROGLIO à la présidence d'EDF

Correspondance économique - Date de parution : 15/10/2014

Le mandat de M. Henri PROGLIO à la présidence d'EDF ne serait pas renouvelé alors que le choix de son successeur aurait été arrêté

La décision sur le renouvellement ou non du président-directeur général d'EDF Henri PROGLIO, en poste depuis novembre 2009, est attendue de manière imminente, alors qu'un conseil d'administration décisif du groupe doit se tenir demain. Si le mandat de M. PROGLIO est généralement jugé positif et s'il a reçu le soutien de syndicats, de membres du gouvernement et de personnalités de gauche, son mandat ne serait néanmoins pas renouvelé. Le président de la République François HOLLANDE souhaiterait en effet envoyer par là un signe aux écologistes et à sa majorité, tout en ouvrant un nouveau chapitre de la politique énergétique française au lendemain du vote de la loi sur la transition énergétique.

Plusieurs noms ont été évoqués ces derniers jours. Alors que le choix du successeur de M. PROGLIO aurait été arrêté, un nom était plus particulièrement cité ; celui de M. Jean-Bernard LEVY, 59 ans, ingénieur en chef des mines, président-directeur général de Thales depuis décembre 2012, administrateur de DCNS, Vinci et Société Générale, ancien président du directoire de Vivendi de 2005 à 2012, ancien président-directeur général de Matra Communication, ancien collaborateur de MM. Gérard LONGUET et José ROSSI au ministère en charge de l'Industrie, des Postes et des Télécommunications.

Rappelons que d'autres noms ont été évoqués dont celui de M. Philippe CROUZET, 58 ans, ancien maître des requêtes au Conseil d'Etat, président du directoire de Vallourec et administrateur d'EDF depuis 2009, et celui de M. Martin VIAL, 60 ans, ancien conseiller maître à la Cour des comptes, ancien président de La Poste et directeur général d'Europ Assistance Holding jusqu'en mai dernier. En interne, le nom de M. Vincent de RIVAZ, 61 ans, directeur général d'EDF Energy, a également été cité. Enfin, si le nom de M. Jean-Pierre CLAMADIEU, président du comité exécutif du groupe Solvay a circulé avec insistance, celui-ci aurait régulièrement décliné le poste.

Publié dans la "Correpondance économique" du 15 octobre 2015 à 6h15


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.