Lundi 19 novembre 2018 à 05:33, 102695 biographies, 702 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Augustin de ROMANET DE BEAUNE

M. Augustin de ROMANET DE BEAUNE (Articles de presse associés à la biographie)

Tout voir

Correspondance économique Groupe ADP : "la privatisation peut être une bonne opération si le texte ne sort pas en lambeaux du Parlement", selon le président-directeur général Augustin de ROMANET

Correspondance économique - Date de parution : 01/08/2018

A l'occasion de la présentation de ses résultats au premier semestre 2018, la direction du groupe Aéroports de Paris (ADP) s'est montré favorable à la privatisation telle qu'elle que prévue par le projet de loi Pacte. M. Augustin de ROMANET, président-directeur général, a notamment affirmé que "la privatisation peut être une bonne opération si le texte ne sort pas en lambeaux du Parlement ", soulignant qu'en l'état, le texte permettrait de conserver l'efficacité du groupe. Il a soutenu la "réunion du foncier et de l'exploitation", en expliquant les facilités de gestion offertes par un organisme unique, à la fois gestionnaire de l'aéroport et propriétaire des lieux. Il a plaidé pour le maintien des aéroports d'Orly, de Roissy Charles-de-Gaulle et du Bourget dans les mains de cet acteur unique, dans l'optique d'une "confirmation du système aéroportuaire francilien" et du maintien du statut des salariés.

Au-delà du débat sur la privatisation du groupe, il s'est aussi exprimé en faveur du système de la "double caisse", qui permet de dissocier les recettes liées aux redevances payées par les compagnies aériennes, et les recettes issues des commerces. Dans ce schéma, qui a poussé les compagnies à se plaindre de hausses, ce sont ces uniques redevances qui financent l'amélioration des infrastructures. Le président-directeur général d'ADP a expliqué que ce système était "extrêmement créateur de valeur", en permettant le développement d'activités commerciales et immobilières. Il a conclu sur ce sujet en indiquant que cela donnait "de la visibilité" aux investisseurs et que l'absence de double caisse entraînerait "sous-qualité et sous-performance".

De belles performances au premier semestre, grâce à l'international

Le groupe Aéroports de Paris (ADP) a par ailleurs dévoilé hier des résultats semestriels très positifs pour la première moitié 2018. Ils sont le reflet d'une bonne dynamique dans le trafic, notamment international. Les acquisitions à l'étranger viennent aussi gonfler les résultats de ce semestre.

Le chiffre d'affaires de la société française est en hausse de 43,9 %, à 2099 millions d'euros. Le résultat opérationnel est aussi en augmentation, avec une performance de 469 millions d'euros, soit un bond de 37,4 %. Le résultat net part du groupe atteint, lui, 205 millions, avec une hausse de 26,9 %.

Au-delà de ces très bons chiffres, il est à souligner le rôle que joue l'intégration globale, sur ce semestre, de deux groupes achetés par ADP : TVA Airports, en Turquie, et Airport International Group (AIG), opérateur de l'aéroport de Jordanie. Les deux sociétés sont en progression importante et renforcent la bonne dynamique comptable d'ADP : en excluant leurs résultats, le chiffre d'affaires ne progresse "que" de 3 % sur l'année, et l'EBITDA de 4,5 %. Le gestionnaire turc, en particulier, enregistre une forte croissance de ses activités : son résultat net est en hausse de 55 %, et son nombre de passagers de 18 %. Ces chiffres viennent conforter ceux d'ADP, qui avait fait l'acquisition de 38 % des parts du groupe turc en 2012 et en détient aujourd'hui 46 %.

Il n'en reste pas moins qu'ADP est porté par une belle dynamique globale, indépendamment des résultats à l'international : en organique, et sans les intégrations globales de TVA et AIG, ADP dégage un chiffre d'affaires en hausse de 3 %. M. Augustin de <ROMANET, a estimé que ce chiffre "aurait pu atteindre 4,8 %" sans les épisodes de grève connus au premier semestre. Des épisodes qui auraient coûté 750 000 passagers, mais qui n'empêchent pas la hausse du trafic de 10,9 % sur l'année, et celle du taux de remplissage à 85,3 %, soit une hausse de 2,5 points.

Seule ombre au tableau, la baisse du chiffre par passager, en recul de 1,3 %, à 17,9 euros. Mais même à ce sujet, ADP semble vouloir avancer des explications rassurantes. M. Philippe PASCAL, directeur général adjoint finances, stratégie et administration, a évoqué "le contexte baissier au niveau européen", et des effets de change défavorables, pour expliquer cette baisse des recettes par individu. Des travaux amènent aussi "une clientèle à ne pas trouver l'offre qu'elle demande".

Le groupe s'est montré optimiste sur ses perspectives d'avenir, renouvelant ses prévisions à la hausse : les objectifs de croissance de l'EBITDA sont portés à 25 à 35 % sur la période 2018-2020. Des ambitions soutenues par des prévisions haussières du trafic tant pour Paris Aéroport (entre 2,5 % et 3,5 % en 2018) que pour TVA Airports (plus de 30 %, avec l'achat récent d'un aéroport à Antalya pour booster les chiffres). L'EBITDA du groupe pourrait en 2018 monter de 17 à 22 % ; mieux, en neutralisant l'effet de l'intégration de TVA et AIG, la prévision de croissance est quand même relevée, signe que le groupe dans son ensemble se porte bien.

Correspondance économique "Aéroports de Paris" que dirige M. Augustin de ROMANET s'appelle désormais "Paris Aéroport"

Correspondance économique - Date de parution : 15/04/2016

"Aéroports de Paris" s'appelle désormais "Paris Aéroport"

Aéroports de Paris change de nom. Après plus d'un an de travail, ADP a dévoilé hier ses deux nouvelles marques : une marque destinée aux voyageurs, "Paris Aéroport", et une marque corporate, "groupe ADP". Un changement emblématique pour le groupe qui s'est donné pour défi d'améliorer l'attractivité de Paris. "La marque est un actif immatériel très important" a déclaré hier son président-directeur général, M. Augustin de ROMANET lors d'une conférence de presse.

Le coût de ce changement est estimé "à moins de 12 millions d'euros a précisé M. Augustin de ROMANET. Une somme prise sur les 25 millions d'euros provisionnés grâce à la suppression du dispositif de retraite-chapeau du groupe. L'autre moitié de cette somme a servi pour un plan d'actionnariat salarié, attribuant 4 actions pour chaque salarié du groupe.

Ce n'est pas la première fois qu'un système de double marque est utilisé pour un aéroport. Il est par exemple utilisé pour l'aéroport de Francfort où l'appellation Fraport est utilisée au niveau corporate, et Frankfurt Airport pour les voyageurs. Une double appellation qui permet d'exporter la marque à l'international (Frankfurt Airport, Lima Airport…). Un avantage considérable pour ADP, qui gère des aéroports à l'international via Aéroports de Paris Management. "Si nous remportions la concession de l'aéroport de Dakar, nous pourrions utiliser la marque Dakar Aéroport" a expliqué M. de ROMANET.

Ce changement de logo s'est accompagné d'une série d'engagements qu'a pris le groupe notamment pour améliorer son image. Même si Paris Aéroport a progressé dans les classements des aéroports Skytrax, se hissant l'an dernier à la 33ème position, il est souvent décrié pour les livraisons de bagages, son hospitalité et l'orientation. Le groupe veut optimiser l'attente des voyageurs et s'engage désormais à ce que les contrôles de sécurité n'excèdent pas 10 minutes et à améliorer le temps de livraison des bagages. Une application smartphone va être lancée pour que les clients disposent d'informations personnalisées. Paris Aéroport ambitionne aussi d'offrir la meilleure gastronomie française aux voyageurs. Le groupe s'est donné pour objectif d'avoir un restaurant gastronomique par terminal d'ici 2020.

Un programme de fidélité va être lancé afin de proposer une gamme d'offre et de services personnalisés à ses clients. Un programme de fidélité principalement destiné aux "frequent flyers", dont les appréciations sont souvent les moins favorables.

Soucieux de mieux connecter ses aéroports à la capitale, Paris Aéroport a décidé de racheter les 50 cars Air France, qui faisaient jusqu'alors la liaison entre les aéroports Orly / Charles de Gaulle et plusieurs arrêts dans Paris. Un partenariat a été noué avec Keolis dans ce projet. Renommés le Bus Direct, ils desserviront en plus de leurs trajets habituels, le Trocadéro, la Motte-Picquet et la Tour Eiffel à partir de mi-mai prochain, et le Wifi sera disponible à bord. "Notre accueil ne débutera plus sur nos aéroports mais dès le cœur de la Capitale" indique le groupe.

Des mesures de sûreté supplémentaires

A la suite des attentats de Bruxelles, le groupe a commencé à déployer des mesures de sûreté supplémentaires. Des "profileurs" pour détecter les personnes aux "comportements anormaux" et bientôt des tests pour une reconnaissance faciale au niveau des contrôles des passeports.

"Nous travaillons avec les services de la police de l'air et des frontières pour que les dispositifs "parafe", qui sont les contrôles automatisés des passeports, soient plus nombreux -- nous voulons doubler le nombre d'ici 3 ans -- et plus performants", a indiqué M. de ROMANET. Le groupe va tester "dans les prochains mois" un "système qui permettra que les personnes n'aient plus besoin de mettre leur doigt sur un petit écran pour être identifiées mais simplement de présenter leur visage devant un écran qui assurera la congruence entre la photo du passeport et la photo qui est sur l'écran", a-t-il précisé. "Si la personne est présumée poser des difficultés, la machine "parafe" émettra une alerte aux services de police qui, sans délais, viendront l'interroger", a-t-il ajouté. "Une quarantaine d'exemplaires de "parafes" (à reconnaissance digitale)" sont aujourd'hui installés à Roissy-Charles de Gaulle, et "notre objectif avec le ministre de l'Intérieur est d'en avoir 80 d'ici trois ans", a souligné M. de ROMANET.

Correspondance économique M. Augustin de ROMANET fit longtemps figure de favori pour prendre la direction générale de CNP Assurances

Correspondance économique - Date de parution : 10/09/2012

EXTRAIT: M. Frédéric LAVENIR, inspecteur des finances, DRH et membre du comité exécutif de BNP Paribas, prendra les rênes de CNP Assurances le 26 septembre

La nouvelle avait fuité dès mardi (cf. CE du 5/09/2012). Sans surprise, le conseil d'administration de CNP a validé vendredi la nomination de M. Frédéric LAVENIR, inspecteur des finances, ancien collaborateur de MM. Dominique STRAUSS-KAHN et Christian SAUTTER à Bercy, DRH et membre du comité exécutif de BNP Paribas, à la direction générale de l'assureur. Rappelons que le président du conseil d'administration de CNP Assurances est M. Jean-Paul FAUGERE, ancien directeur de cabinet de M. François FILLON à Matignon.

M. LAVENIR prend la succession de M. Gilles BENOIST qui, ayant atteint la limite d'âge de 63 ans, a quitté la CNP fin juin. L'intérim était depuis lors assuré par le directeur financier du groupe, M. Antoine LISSOWSKI, lui-même candidat à la succession de M. BENOIST, au côté de M. Augustin de ROMANET, ex directeur général de la CDC, qui fit longtemps figure de favori. "Frédéric LAVENIR prendra ses fonctions le 26 septembre 2012. Antoine LISSOWSKI poursuivra l'intérim de la direction générale jusqu'à cette date", précise le groupe d'assurances. (...)

CITATION: Son nom est évoqué pour la première fois dans la "Correspondance économique" du 21/02/2012 :

(...) Le 7 mars M. de ROMANET quittera la Caisse des Dépôts. Son nom a été cité pour la présidence de Veolia Environnement mais il dément être sur les rangs. Il est évoqué pour la direction générale de CNP Assurances, poste pour lequel est également cité le nom de M. Didier BANQUY, actuel directeur de cabinet de M. François BAROIN, ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, ou celui de M. Antoine LISSOWSKI, directeur financier de CNP. Mais l'incertitude demeure sur la date de désignation du successeur de M. Gilles BENOIST dont le mandat s'achève le 7 juin, et sur le fait de savoir si ce poste fait partie de ceux qui sont gelés jusqu'aux élections.


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.