Lundi 17 décembre 2018 à 05:30, 102724 biographies, 542 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

Mme Marie-Christine SARAGOSSE

Mme Marie-Christine SARAGOSSE (Articles de presse associés à la biographie)

Tout voir

Correspondance de la Presse Le mandat de Mme Marie-Christine SARAGOSSE à la présidence de France Médias Monde annulé à la suite d'un imbroglio administratif

Correspondance de la Presse - Date de parution : 15/02/2018

La "stupéfaction" est de mise au sein de la direction de France Médias Monde, qui vient de voir le mandat de sa présidente-directrice générale Marie-Christine SARAGOSSE frappé de nullité suite à un imbroglio administratif. Dans un message adressé par la dirigeante aux salariés du groupe de l'audiovisuel public extérieur,

la dirigeante a en effet fait savoir que, faute d'avoir fourni sa déclaration de situation patrimoniale à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) dans les deux mois suivant sa nomination à un nouveau mandat à la tête du groupe, celui-ci était frappé de nullité en vertu des dispositions définitives de la loi relative à la transparence de la vie publique du 11 octobre 2013.

"J'ai appris aujourd'hui, avec stupéfaction, que mon mandat de présidente-directrice générale de France Médias Monde était tombé", a indiqué Mme SARAGOSSE. "A la suite de mon renouvellement le 5 octobre dernier, j'aurais dû spontanément, sans qu'aucune demande formelle ni aucun courrier ne m'aient été adressés, faire parvenir à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique une déclaration de situation patrimoniale de fin de fonctions ainsi qu'une nouvelle

déclaration d'intérêts", a-t-elle également expliqué dans un courrier interne adressé aux salariés de France Médias Monde.

Mme SARAGOSSE se défend d'avoir agi de mauvaise foi

Nommée une première fois la tête du groupe en 2012 (cf. CP du 12/09/2012), Mme SARAGOSSE a indiqué s'être déjà acquittée de précédentes déclarations d'intérêts en 2013, puis en 2015 à la suite

de l'adoption de la loi relative à la transparence de la vie publique du 11 octobre 2013. Pour autant, la dirigeante, reconduite dans ses fonctions par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour un nouveau mandat débutant le 5 octobre 2017, a omis de transmettre une nouvelle déclaration à la HATVP, alors même que la procédure de transmission de tels documents à l'administration avait évolué, obligeant désormais les dirigeants de structures publiques concernés

à transmettre d'eux-mêmes leurs déclarations auprès de la HATVP, alors que c'était cette dernière qui était jusque-là chargée de recueillir ces documents. Son mandat à la tête du groupe a en toute

logique été frappé de nullité à compter du 5 décembre dernier.

"J'avais procédé à ces déclarations, d'abord en 2013 auprès de la Commission pour la transparence financière de la vie politique, puis en 2015 auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la

vie publique, chaque fois à leur demande formelle selon un questionnaire qui m'était transmis.

J'ignorais que la procédure avait changé et que c‘était de ma propre initiative que je devais désormais accomplir ces actes en ligne, et j'attendais donc en toute bonne foi d'être saisie", s'est défendue Mme SARAGOSSE, sans toutefois contester la décision de la HATVP sur le fond.

"Les délais de dépôt de ces déclarations étant dépassés, mon mandat est donc tombé automatiquement", a fait savoir la présidente-directrice générale de France Médias Monde, qui a précisé qu'elle serait "évidemment candidate" si une nouvelle procédure de nomination devait être lancée par le CSA, qui a placé cette question à l'ordre de sa prochaine session plénière.

L'intérim devrait être assuré par le doyen en âge des administrateurs nommés par le CSA

Dans l'attente du lancement d'une nouvelle procédure de nomination à la présidence du groupe de l'audiovisuel public extérieur français par le CSA, la direction de France Médias Monde a fait savoir qu'un conseil d'administration extraordinaire se tiendra d'ici la fin de semaine, pour assurer l'intérim à la tête du groupe.

Malgré cette situation exceptionnelle, la procédure en cas de vacance à la présidence du groupe demeure toutefois assez claire pour assurer la stabilité à la tête de France Médias Monde. En effet, à la lecture de l'article 8.1 des statuts du groupe, il apparaît que "dans le cas où le Président cesse définitivement d'exercer son mandat pour quelque cause que ce soit, et jusqu'à la nomination de son successeur, il est suppléé de plein droit par le doyen en âge des administrateurs nommés par le Conseil supérieur de l'audiovisuel. Il en est de même en cas d'empêchement temporaire du Président".

En vertu de cette disposition, la présidence par intérim pourrait donc revenir à M. Francis HUSS, vice-président de la section Espagne des conseillers du Commerce extérieur de la France âgé de

85 ans. La liberté est laissée à ce derniers d'accepter ou de refuser cette charge. S'il refuse, le poste pourraît échoir à Mme Brigitte LEFEVRE, directrice artistique du Festival de danse de Cannes, âgée

de 73 ans et dont le mandat d'administrateur s'achève le 18 juin 2018, ou encore à M. Bernard MIYET, ministre plénipotentiaire honoraire âgé de 71 ans.

Rappelons qu'en reconduisant en 2017 Mme SARAGOSSE, unique candidate, à la tête de France Médias Monde, le CSA avait noté que "que la situation de France Médias Monde s'(était) significativement améliorée depuis 2012" et salué sa "capacité" à "avoir piloté et réussi l'intégration de France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya au sein d'une société unique" (cf. CP du 29/06/2017).

Hier, le Syndicat national des journalistes (SNJ) s'est étonné dans un communiqué de "la fin inopinée du mandat" de Mme SARAGOSSE, dénonçant un "imbroglio administratif surréaliste", tout en s'interrogeant "sur le calendrier de cette fin de mandat abrupte", alors que l'audiovisuel public devrait faire l'objet de réformes prochainement.

Correspondance de la Presse Six candidatures officialisées pour la présidence de France Télévsions, dont celle de Mme Marie-Christine SARAGOSSE

Correspondance de la Presse - Date de parution : 27/03/2015

Hier, au dernier jour pour faire acte de candidature pour la présidence de France Télévisions, six candidatures avaient été officialisées, sans qu'il n'y ait de surprise (cf. "CP" du 25 mars 2015).

M. Didier QUILLOT, 55 ans, président du comité stratégique de FPS Towers depuis 2013, senior advisor pour les secteurs télécom, média, technologies et distribution de Bain & Company depuis 2012, ancien président du directoire de Lagardère Active, ancien président-directeur général d'Orange France, a annoncé hier matin à l'AFP être candidat à la présidence de France Télévisions. "J'ai déposé aujourd'hui ma candidature, car j'ai un projet qui répond aux enjeux" qui se posent à France Télévisions, a-t-il indiqué, sans détailler ledit projet.

Dans l'après-midi, Mme Marie-Christine SARAGOSSE, 55 ans, ENA, présidente-directrice générale de France Médias Monde (F2M) depuis 2012, ancienne directrice générale de TV5Monde, a officialisé sa candidature dans un email interne dont "La Correspondance de la Presse" a eu copie. "Cette décision, que j'ai prise très récemment, est le fruit d'une longue maturation", écrit-elle. La dirigeante y explique notamment qu'en prenant ses fonctions en octobre 2012, "tout n'allait pas pour le mieux". Mme Marie-Christine SARAGOSSE rappelle le travail effectué depuis, y compris l'établissement du plan stratégique et s'interroge : "Pourquoi donc prendre le risque de quitter une telle équipe ?" "D'abord, je m'y autorise parce que je sais notre entreprise désormais solide. Ensuite, parce que je crois à l'absolue nécessité d'un secteur public, et plus encore, d'un service public audiovisuel fort. C'est l'engagement de toute ma vie professionnelle." La présidente-directrice générale de France Médias Monde indique que "si (s)a candidature n'est pas retenue, c'est Marie-Christine SARAGOSSE et non la PDG de FMM, qui sera concernée, nous continuerons ensemble". Et la présidente-directrice générale, indiquant vouloir mettre "les bouchées doubles" dans les prochains mois pour poser les jalons du futur COM de FMM, d'ajouter : "Si ma candidature est retenue, ce sera notamment grâce au travail réalisé ensemble, et nous tisserons de nouveaux liens."

M. Rémy PFLIMLIN, a également annoncé hier après-midi à ses salariés qu'il était candidat à sa propre succession. "Je viens de faire part au CSA de mon souhait de poursuivre ma mission à la présidence" de France Télévisions. "J'ai donc déposé mon projet pour notre entreprise à l'horizon 2020, et je tenais à ce que vous en soyez les premiers informés. Je ne manquerai pas de m'adresser prochainement à vous toutes et tous pour partager les convictions qui m'animent dans cette décision", a-t-il déclaré.

M. Christophe BEAUX, 48 ans, ENA, président-directeur général de La Monnaie de Paris depuis 2007, administrateur, désigné par le CSA de France Télévisions depuis 2011, ancien directeur du cabinet de M. François LOOS au ministère délégué à l'Industrie, directeur adjoint du cabinet de M. Thierry BRETON au ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, ancien collaborateur de MM. Jean-Pierre RAFFARIN, a quant à lui annoncé hier sa candidature au journal "Les Echos". "Mon ambition pour France Télévisions s'est forgée dans la durée car cela fait quatre ans que je suis administrateur du groupe. J'ai appris à bien le connaître et à en mesurer les enjeux et les difficultés. J'ai aussi appris à aimer ce groupe et ses salariés. L'envie de m'engager encore plus à leur côté s'est construite dans le temps", a-t-il indiqué. Avant d'ajouter : "Cela correspond à mon caractère direct et franc. La profonde transformation dont France Télévisions a besoin nécessitera de nouer le dialogue et créer la confiance entre l'équipe de direction et les salariés. Il faut 'dire ce qu'on va faire et faire ce qu'on a dit' : c'est ma méthode."

M. Alexandre MICHELIN, directeur de MSN Europe, ancien directeur de l'antenne et des programmes de France 5, ancien directeur groupe programmes et services de Canal+, ancien directeur général de l'antenne de Paris Première, et M. Serge CIMINO, 51 ans, journaliste à France 3 depuis plus de 30 ans, membre du Bureau national du Syndicat national des journalistes (SNJ) de France Télévisions et également élu au sein du Comité d'établissement du Siège parisien et délégué du personnel de cette même entité, avait déjà fait publiquement acte de candidature. (cf. "CP" du 25 mars 2015).

Il y a aussi les personnalités dont le nom circule sans qu'elles n'aient officiellement confirmé leur candidature : Mmes Delphine ERNOTTE-CUNCI, 48 ans, directrice générale adjointe depuis 2011 d'Orange, dont elle est membre du comité exécutif depuis 2010, et directrice exécutive d'Orange France ; Mme Nathalie COLLIN, 50 ans, directrice générale adjointe chargée du numérique et de la communication du groupe La Poste, membre du comité exécutif, ancienne coprésidente du directoire de la SA Le Nouvel Observateur du Monde, éditrice de l'hebdomadaire "Le Nouvel Observateur", ancienne cogérante et coprésidente du directoire de la société Libération, éditrice du quotidien "Libération" ; Mme Patricia LANGRAND, 51 ans, ingénieure des télécommunications, vice-présidente exécutive chargée du business development, du marketing et de la communication de Steria, administratrice (en tant que personnalité indépendante) de France Télévisions depuis 2009 ; M. Pascal JOSEPHE, 60 ans, fondateur et président de Global Story Factory (GSF) et coprésident de "Média Governance Initiative", membre de l'Observatoire de la diversité au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), ancien secrétaire général de la présidence et directeur de la programmation de TF1 (aux côtés de M. Hervé BOURGES), ancien directeur général adjoint chargé de l'antenne à Antenne 2 et FR3, ancien directeur général de l'antenne de La Cinq ; M. Cyrille du PELOUX, 61 ans, directeur de la transformation de Veolia Environnement depuis 2013, ancien directeur général de Bull, ancien directeur général de TPS, ancien président-directeur général de Paris Première, ancien directeur général de Eurosport, ancien directeur général adjoint de TF1 ; ou M. Emmanuel HOOG, 52 ans, ENA, président-directeur général de l'Agence France-Presse (AFP) depuis 2010, ancien président-directeur général de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), ancien collaborateur de M. Laurent FABIUS et Mme Florence PARLY.

L'ouverture des enveloppes se déroulera le mercredi 1er avril et le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) rendra public le nombre de candidats ayant postulé. Puis il établira une liste restreinte de candidats qu'il auditionnera. Cette liste pourra être rendue publique sauf si un des candidats retenus s'y oppose. Les membres du collège du Conseil auront interdiction de rencontrer les candidats retenus à partir du 1er avril. Le CSA annoncera le nom du président de France Télévisions pour la période 2015-2020 entre le 22 avril et le 22 mai. Ce dernier prendra ses fonctions le 22 août après une période de tuilage avec le président en cours.


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.