Jeudi 14 décembre 2017 à 05:33, 102408 biographies, 757 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Thomas SAUNIER

M. Thomas SAUNIER

(Article de presse associé à la biographie)

Tout voir

Correspondance économique M. Thomas SAUNIER, directeur général de Malakoff Médéric, détaille la politique du groupe en matière de partenariat

Correspondance économique - Date de parution : 27/06/2017

"Les partenariats sont un axe fort" pour Malakoff Médéric, qui a quelques pistes "dans les tuyaux", a indiqué M. Thomas SAUNIER, directeur général du groupe de protection sociale, invité par l'Association nationale des journalistes de l'assurance (ANJA) hier.

Le groupe de protection sociale ne cherche pas pour autant à "grossir pour grossir", a poursuivi M. SAUNIER. "Nous ne cherchons pas à réaliser une grande fusion avec un acteur de taille importante sur le marché", car ce processus est susceptible d'arrêter "une entreprise pendant 12 à 18 mois le temps d'instruire le sujet", a-t-il poursuivi. Malakoff Médéric vise deux objectifs : "premièrement, avoir la taille critique sur chacun des éléments de la chaîne de valeur -- exemple : les réseaux de soins -- et deuxièmement, nouer des partenariats avec des acteurs qui sont complémentaires, avec un savoir-faire que nous ne possédons pas nécessairement" en interne, a-t-il développé.

Quels types de partenariats sont ciblés ? Si sur la prévoyance et la santé collective, Malakoff Médéric revendique 10 % de parts de marché "avec à peu près tous les canaux de distribution" à disposition, M. SAUNIER veut continuer à "avoir des approches segmentées et spécifiques", notamment par branches. "Nous sommes historiquement plus présents" sur le segment "des grandes entreprises", que sur celui des TPE et des PME, a détaillé le dirigeant. Dans ce contexte, "un acteur avec un savoir-faire dans le domaine" pourrait intéresser le groupe de protection sociale. "Nous essaierons à chaque fois d'identifier la complémentarité" de cette manière, a illustré M. SAUNIER.

Sur la prévoyance et la santé individuelle, il pourrait également y avoir une "certaine forme de complémentarité avec d'autres acteurs qui seraient meilleurs" dans le domaine. Malakoff Médéric a d'ailleurs récemment renforcé sa position sur le courtage de proximité avec l'acquisition du portefeuille santé individuelle courté d'Aviva (commercialisé sous la marque AMIS). Ainsi, le groupe a désormais accès à 500 nouveaux courtiers actifs. "Le courtage est un axe stratégique de développement", a confirmé M. SAUNIER. L'activité courtage du groupe devrait en effet représenter 50 % du chiffre d'affaires à horizon 2020.

Autre partenaire envisageable : un acteur qui travaille dans le secteur des fonctionnaires. Actuellement, nous "ne voulons pas nous engager dans le marché des fonctionnaires car nous ne détenons ni les compétences ni les introductions, néanmoins, si un "partner" nous rejoignait dans ce domaine, il nous permettrait de nous développer", a développé M. SAUNIER.

Les trois contrats types de complémentaire santé : un moyen "contre-productif"

Concernant les trois contrats types de complémentaire santé qu'envisage d'instaurer le président de la République Emmanuel MACRON, M. SAUNIER a indiqué partager l'objectif d'un reste à charge tendant vers zéro pour les trois postes : dentaire, optique et audioprothèse (c'est-à-dire un remboursement à 100 %). Il s'est également dit en accord avec le fait de "travailler plus sur l'accès aux soins". Toutefois, le moyen pour parvenir à ces objectifs, c'est-à-dire le fait de mettre en place trois contrats types, lui semble "contre-productif". "Nous voyons mal le gouvernement réguler le marché de l'automobile" en expliquant à celui-ci qu'il n'est dorénavant possible que de produire "trois modèles" de voitures, a souligné M. SAUNIER. Au contraire, "c'est l'enrichissement de l'offre à travers les services qui fait qu'un marché est efficient ou pas", a-t-il soutenu.

"Grâce aux réseaux de soins de Malakoff Médéric", plus de 70 % des assurés en optique ont un reste à charge égal à zéro, les 30 % restants étant ceux qui font le choix de prendre une monture de marque, a expliqué le dirigeant. Il a indiqué que sur le marché de l'optique, qui représente un total de 7 milliards d'euros, il reste 1,5 milliard de reste à charge, un meilleur niveau que par le passé. Sur le dentaire en revanche, M. SAUNIER a précisé que le reste à charge s'élevait à 2,5 milliards d'euros. "Nous pouvons fortement diminuer ce montant si nous avons la possibilité de passer les accords contractuels avec les syndicats de praticiens, d'une part, et les praticiens d'autre part", a affirmé le directeur général.

M. SAUNIER a recommandé de modifier la loi Le Roux (relative aux modalités de mise en euvre des conventions conclues entre les organismes d'assurance maladie complémentaire et les professionnels), en ouvrant "le cadre" et faisant "en sorte de pouvoir contractualiser un accord-cadre avec les professionnels de santé". L'exemple du règlement arbitral pour les dentistes (fortement contesté par ces derniers) montre qu'ils ne peuvent pas être uniquement dans la résistance, a estimé M. SAUNIER. "Ils ont peut-être la possibilité d'anticiper et de se dire qu'il y a des accords gagnant-gagnant à passer avec les complémentaires", a-t-il suggéré.


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.