Mardi 25 juillet 2017 à 04:33, 102167 biographies, 741 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

Mme Rama YADE

Mme Rama YADE (Articles de presse associés à la biographie)

Tout voir

Bulletin Quotidien Rama YADE n'obtient pas ses parrainages pour l'élection présidentielle

Bulletin Quotidien - Date de parution : 20/03/2017

Onze candidats s'affronteront le 23 avril prochain au premier tour de l'élection présidentielle

Onze candidats disputeront finalement le premier tour de l'élection présidentielle le 23 avril, a annoncé samedi le Conseil constitutionnel après validation de la liste complète des parrainages.

Trois candidats, MM. Philippe POUTOU (NPA), Jean LASSALLE et Jacques CHEMINADE, ont en effet rejoint in extremis les huit premiers à avoir franchi le cap des 500 signatures de parrainage : MM. François FILLON (LR), Benoît HAMON (PS), Emmanuel MACRON (EM), Nicolas DUPONT-AIGNAN (DLF), Jean-Luc MELENCHON (LFI), Mmes Nathalie ARTHAUD (LO), Marine LE PEN (FN) et M. François ASSELINEAU (UPR).

Après la fin de la période de dépôt des candidatures, qui s'est achevée vendredi à 18 heures, les dossiers des onze candidats -- ils étaient dix en 2012 -- ont été validés, la répartition des "parrains" respectant des critères de diversité géographique. Ces parrainages sont complétés par une déclaration de candidature et une déclaration de patrimoine.

Parmi un vivier de 42 000 élus, 14 586 ont apporté leur parrainage à un candidat, dont 14 296 ont été validés, a annoncé le président du Conseil constitutionnel, M. Laurent FABIUS.

Le candidat de la droite François FILLON a obtenu 3635 signatures, profitant malgré ses démêlés judiciaires du solide réseau de soutien des Républicains. Derrière viennent le socialiste Benoît HAMON (2039), l'ancien ministre de l'Economie Emmanuel MACRON (1829), le candidat de La France insoumise Jean-Luc MELENCHON (805), le souverainiste Nicolas DUPONT-AIGNAN (707), la candidate de Lutte ouvrière Nathalie ARTHAUD (637) et la présidente du Front national Marine LE PEN (627). Invité surprise de cette élection, M. François ASSELINEAU s'est qualifié grâce à une campagne menée par voie d'affiches et via les réseaux sociaux. Il obtient 587 parrainages, après une vaine tentative en 2012.

Trois autres candidats se sont qualifiés sur le fil, à l'issue d'une difficile campagne de terrain, souvent auprès de maires de communes rurales : M. Jean LASSALLE, député centriste des Pyrénées-Atlantiques, qui a obtenu 708 signatures ; M. Philippe POUTOU, qui porte pour la seconde fois le flambeau du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) à l'élection présidentielle. Cet ouvrier de l'usine Ford de Blanquefort, en Gironde, qui avait recueilli 1,15 % des voix en 2012, a totalisé 573 parrainages. Enfin, M. Jacques CHEMINADE, déjà candidat en 1995 et 2012 avec un résultat symbolique, qui dépasse de justesse le seuil légal, avec 528 signatures. "Le système de verrouillage de l'élection présidentielle mis en place par le régime des partis n'a pas fonctionné", s'est-il félicité.

Parmi les recalés, l'ancienne ministre Rama YADE n'atteint que 353 signatures. D'autres ont reçu des soutiens sans même être candidat : le maire (LR) de Bordeaux Alain JUPPE, un moment envisagé comme recours à droite si M. FILLON renonçait, a obtenu 313 parrainages et le maire (LR) de Troyes François BAROIN, sénateur de l'Aube et président de l'AMF, 45.

Bulletin Quotidien Rama YADE annonce sa candidature à l'élection présidentielle

Bulletin Quotidien - Date de parution : 22/04/2016

L'ancienne ministre Rama YADE, née en décembre 1976, administratrice du Sénat, présidente du club "Allons Enfants", qui fut secrétaire d'Etat chargée des Droits de l'Homme (2007-2009), puis secrétaire d'Etat chargée des Sports (2009-2010), dans les gouvernements de M. François FILLON avant d'être ambassadrice, déléguée permanente de la France auprès de l'UNESCO (2010-2011), a annoncé hier sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, avec un mouvement appelé "La France qui ose", et sans passer par la primaire des Républicains.

"C'est un moment important pour moi. Je ne suis pas candidate à la primaire des Républicains, fidèle en cela à l'esprit du général de Gaulle", a-t-elle ajouté. "Dès demain, je m'engagerai dans tous les territoires de France pour porter le projet, notre projet." "Rien n'a changé", d'après elle. "On rejoue toujours la même pièce de théâtre avec les mêmes mauvais acteurs. Il est important, pour moi qui ai rêvé la France avant de la connaître, de retrouver la France que j'aime, celle qui ose", glissant là le nom de sa "coopérative politique", "La France qui ose", composée de "plusieurs mouvements citoyens et politiques". Sur son site figurent les noms de l'"Alliance écologiste et indépendante, le Parti libéral démocrate (présidé par M. Aurélien VERON, ancien président des Cercles Libéraux de M. Alain MADELIN), Démocratie 21, le Rassemblement eco-citoyen, le Cercle de la Diversité".

Mme YADE a d'ores et déjà revendiqué "50 000 sympathisants dans tout le pays, 102 comités dans chaque département de France", et "invité les Français à (la) rejoindre". Pour elle, "il faut que nous rendions le pouvoir aux Français et à la France", avec, face à "la situation hors-norme", "un projet de radicalité". Celle qui est désormais isolée dans le champ politique depuis son exclusion définitive du Parti radical s'est définie comme "sans mandat et sans parti mais libre de lancer un nouveau mouvement". "Je ne me présente pas pour témoigner ni pour peser ni pour négocier quoi que ce soit", a-t-elle affirmé.

Elue conseillère régionale d'Ile-de-France sur les listes UMP en 2010, Mme Rama YADE rejoignit le Parti radical valoisien en décembre 2010. Can

Bulletin Quotidien Rama YADE a fait un recours interne contre son exclusion du Parti radical

Bulletin Quotidien - Date de parution : 05/11/2015

L'ancienne secrétaire d'Etat Rama YADE a fait un recours interne contre son exclusion du Parti radical, annoncée la semaine dernière (cf. BQ du 30/10/2015), a-t-elle indiqué. Au cours d'un bureau politique jeudi, Mme Rama YADE a "rappelé la nécessité de respecter les règles démocratiques dans le parti le plus vieux de France et témoigné des ravages que cette affaire a créés au sein du parti dans la mesure où les motifs dérisoires invoqués pour son exclusion ainsi que la forme irrégulière de cette dernière ont semé le trouble", a-t-elle fait savoir. "Ils ont piétiné les statuts !", a-t-elle expliqué à l'Agence France-Presse, accusant aussi son parti de "rétropédalage" car elle y a appris que son exclusion n'était pas encore définitive et qu'un bureau national se tiendrait pour "discuter de son sort". Le Parti radical, présidé par le maire de Nancy, M. Laurent HENART, a bien confirmé qu'un bureau national allait se tenir dans les trois mois pour examiner son recours.

Bulletin Quotidien Rama YADE a été exclue du Parti radical

Bulletin Quotidien - Date de parution : 30/10/2015

L'ancienne ministre Rama YADE, conseillère régionale sortante Ile-de-France a été exclue du Parti radical qui met en avant ses "prises de position" et ses "propos de nature à nuire au parti". Cette ancienne membre de l'UMP, qui avait échoué à l'élection à la présidence du Parti radical et avait contesté cette élection en justice, a été exclue par décision de la commission de discipline prise dès le 11 septembre. Mercredi, le Parti radical avait expliqué que la procédure était simplement en cours et Mme Rama YADE affirmait de son côté n'avoir reçu aucune notification (cf. BQ du 29/10/2015). Mme Rama YADE disposait d'un mois pour faire appel, a précisé le Parti radical. "A ce jour, le Bureau du Parti n'a pas reçu de demande d'appel", écrit le PR dans un communiqué, en précisant avoir notifié cette décision par "courriel, courrier recommandé avec avis de réception, ainsi que par voie d'huissier". Cette exclusion du Parti radical entraîne mécaniquement l'exclusion de Mme Rama YADE de l'UDI, dont le PR est l'une des principales composantes. Selon la décision de la commission de discipline, signée du président de cette commission, M. Luc LEHNER, lui sont reprochées "la volonté de dénigrer d'une manière constante et systématique, par voie médiatique, les instances du parti, comme son président, mettant gravement en cause l'image du parti dans l'opinion publique et auprès des adhérents", "l'utilisation interdite des fichiers du parti", et "la prise en position en faveur du vote blanc" lors d'une élection législative partielle dans le Doubs. Conseillère régionale UDI sortante, Mme Rama YADE estimait mercredi que cette procédure d'exclusion était de "l'intox", "liée aux élections" régionales, alors que la clôture des listes doit s'achever d'ici peu. Il y a plusieurs mois, elle avait voulu être chef de file UDI pour les régionales en Ile-de-France, mais c'est finalement l'ancienne ministre Chantal JOUANNO, sénatrice (UDI-UC) de Paris, qui avait été choisie avant de se rallier à l'ancienne ministre Valérie PECRESSE, députée (LR) des Yvelines, appelée à conduire une liste commune dès le premier tour (cf. BQ du 03/08/2015).


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.