Mercredi 30 septembre 2020 à 05:52, 105126 biographies, 873 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

Mme Delphine ERNOTTE CUNCI

Mme Delphine ERNOTTE CUNCI (Articles de presse associés à la biographie)

Tout voir

A savoir et A lire Projet stratégique de Delphine ERNOTTE CUNCI, candidate au renouvellement de son mandat de présidente de France Télévisions

A savoir et A lire - Date de parution : 22/07/2020

Vous trouverez ci-dessous le lien pdf du projet stratégique de Delphine ERNOTTE CUNCI :

file:///C:/Users/RedacSrt2.SGP/Downloads/Delphine%20Ernotte%20Cunci_projet%20strat%C3%A9gique%20FTV.pdf

A savoir et A lire Nomination au Journal Officiel du 23 avril 2015 de Madame Delphine ERNOTTE CUNCI à la présidence de France Télévisions

A savoir et A lire - Date de parution : 23/04/2015

Décision n° 2015-159 du 23 avril 2015 portant nomination à la présidence de France Télévisions

Sur le fondement de l'article 47-4 de la loi du 30 septembre 1986, le Conseil supérieur de l'audiovisuel, réuni en séance plénière le 23 avril 2015, a nommé Mme Delphine Ernotte Cunci en qualité de présidente de France Télévisions, pour une durée de cinq ans à compter du 22 août 2015.

Le conseil salue la qualité et la diversité des candidatures reçues et des projets stratégiques sur lesquels elles s'appuyaient. Il souligne également la richesse des échanges auxquels les auditions ont donné lieu, qui ont permis d'apprécier les visions du service public de la télévision portées par les candidats présélectionnés.

Le conseil rend hommage à l'action menée par le président en fonctions, M. Rémy Pflimlin.

Le choix du conseil s'est fondé, conformément aux termes de la loi, sur des critères de compétence et d'expérience, et sur l'analyse des projets stratégiques présentés par les candidats, éclairés par les auditions.

En désignant Mme Delphine Ernotte Cunci, le conseil a fait le choix de confier la présidence de France Télévisions à une femme dotée de solides compétences de management et d'une expérience reconnue dans la gestion du dialogue social, qui a exercé des fonctions de direction au sein de l'un des plus grands groupes numériques européens, imprégné d'une forte culture de service public.

Sa perception des enjeux de l'audiovisuel, en France comme à l'international, ainsi que son intuition des attentes du public dans un monde en mutation ont convaincu le conseil qu'elle saurait naturellement mettre ses qualités au service du développement de France Télévisions.

Le projet stratégique de Mme Ernotte Cunci lui est apparu comme conciliant de manière équilibrée l'ambition réformatrice portée par une vision exigeante de la télévision publique de demain, le souci d'une continuité indispensable à une transformation sereine et apaisée de l'entreprise, et la volonté de susciter l'adhésion des personnels pour conduire les changements nécessaires.

Le conseil a relevé ses propositions consistant à bâtir, par la négociation et le dialogue, un plan stratégique visant à promouvoir la confiance au sein de France Télévisions, en identifiant les investissements et les adaptations nécessaires à l'essor du groupe.

Le conseil a salué son ambition de rénover l'offre proposée au public, en affirmant mieux les caractéristiques des chaînes : les programmes fédérateurs sur France 2, le patrimoine et les territoires sur France 3, la jeunesse sur France 4, la connaissance sur France 5, les outremers sur France Ô.

Il a apprécié son triple souhait d'innover davantage dans les programmes afin de toucher tous les publics, notamment les plus jeunes, de placer les nouveaux usages numériques au cœur de l'offre et de faire émerger un nouveau modèle économique pour la diffusion des programmes, apte à procurer de nouvelles ressources pour développer le groupe.

Le conseil a par ailleurs été convaincu par la volonté de promouvoir le service public, exprimée par Delphine Ernotte Cunci à travers la conclusion d'un pacte entre la télévision publique et la production française, le développement d'une télévision de qualité reflétant toutes les cultures et la création d'une chaîne publique et numérique de l'information.

De façon générale, le conseil a été sensible à son fort attachement au service public, qui anime sa volonté de renforcer les valeurs d'une télévision citoyenne par l'exemplarité, la transparence et la participation du public.

La présente décision sera publiée au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 23 avril 2015.

Pour le Conseil supérieur de l'audiovisuel :

Le président,

O. Schrameck

Correspondance de la Presse L'actuelle présidente de France Télévisions Delphine ERNOTTE CUNCI désignée par le CSA pour effectuer un second mandat de 5 ans

Correspondance de la Presse - Date de parution : 23/07/2020

Le suspens n'aura été que de courte durée. A peine 24h après avoir achevé le cycle des auditions des candidats à la présidence de France Télévisions, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a fait connaître sa décision : Mme Delphine ERNOTTE CUNCI effectuera un nouveau mandat de 5 ans à la direction du groupe audiovisuel public à compter du 22 août prochain, dans le prolongement de ses fonctions actuelles (cf. CP du 22/07/2020). Alors qu'il s'était donné jusqu'à demain pour désigner un des huit prétendants à la présidence de France Télévision, le CSA a publié dès hier après-midi, à l'issue de son assemblée plénière hebdomadaire, sa décision motivée.

Rappelons que, pour ce nouveau mandat, le CSA avait reçu douze candidatures dont huit avaient été jugées recevables : celles de Mme ERNOTTE CUNCI, de l'ancien dirigeant de RTL également passé par France 2 Christopher BALDELLI, de MM. Serge CIMINO et Michel GOLDSTEIN, tous deux journalistes à France Télévisions, de MM. Pierre-Etienne POMMIER, conseiller numérique de La République en marche à l'Assemblée (LREM), Jean-Paul PHILIPPOT, dirigeant du groupe audiovisuel belge RTBF, et Serge SCHICK, ancien directeur de la stratégie de Radio France ainsi que de Mme Sandrine ROUSTAN, qui travaille pour le deuxième plus gros groupe médiatique chinois Shanghai Media après avoir notamment dirigé France 4. Les huit candidats avaient été auditionnés lundi et mardi.

Une décision motivée par les engagements pris pour la création et la jeunesse

En reconduisant Mme ERNOTTE CUNCI dans ses fonctions - une première dans l'histoire du groupe audiovisuel public à la tête duquel aucun dirigeant n'avait jamais été renouvelé -, le CSA explique avoir fait "le choix de la poursuite des transformations engagées pour assurer, dans le dialogue, la concertation et le respect des équilibres budgétaires, l'adaptation de France Télévisions à un environnement en mutation rapide". Une appréciation, somme toute, dans le sens du bilan triennal de l'entreprise, réalisé par l'autorité cet hiver.

Le régulateur a également retenu "les engagements pris en matière éditoriale pour élever la place de la création, développer l'offre culturelle et éducative, renouer les liens avec la jeunesse et assurer une information de référence". Au cours de son audition, la présidente de France Télévisions s'était notamment engagée à porter de 480 à 500 millions d'euros le budget annuel dédié à la création et doubler celui consacré à la jeunesse et à l'éducation, en le portant à 100 millions d'euros. Mme ERNOTTE CUNCI a également fait part de son souhait de voir France 4 continuer à être diffusée en linéaire. Présentée dans son projet stratégique comme une "chaîne populaire de l'éducation et de la jeunesse", elle souhaite poursuivre la programmation initiée pendant le confinement autour de programmes éducatifs dans tous les genres "avec une priorité accordée aux primaires".

Une inclinaison européenne et numérique saluée par le CSA

Enfin, le CSA a pris acte de la volonté exprimée par Mme ERNOTTE CUNCI de faire en sorte que France Télévisions s'adresse à "tous les Français et de les représenter dans la richesse de leur diversité, en prenant en compte l'ensemble des territoires et de constituer des équipes qui reposent sur un principe de parité et de diversité".

Au cours de sa présentation, Mme ERNOTTE CUNCI n'avait d'ailleurs pas manqué de souligner qu'en cinq ans de direction, "40 % des visages ont été renouvelés et 60 % des émissions ont été changées", conformément à son souhait "que nos antennes ressemblent davantage à la France". La dirigeante de bientôt 54 ans, engagée de longue date pour l'égalité professionnelle hommes-femmes, a également fait remarquer que le comité exécutif du groupe est aujourd'hui paritaire tandis que la proportion d'expertes en plateau a nettement progressé, passant de 25 à 42 %.

Le régulateur a également été sensible à "l'orientation affirmée d'inscrire pleinement France Télévisions dans l'univers numérique et dans le concert européen", la dirigeante ayant notamment confié avoir engagé un chantier de plate-forme européenne de débats pour la jeunesse et vouloir contribuer au développement de la plate-forme européenne d'Arte.

Correspondance de la Presse Mme Delphine ERNOTTE CUNCI nommée présidente de France Télévisions par le CSA

Correspondance de la Presse - Date de parution : 24/04/2015

Mme Delphine ERNOTTE CUNCI, 48 ans, a été nommée hier pour cinq ans présidente de France Télévisions par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) réuni en assemblée plénière.

Née en juillet 1966, diplômée de l'Ecole Centrale de Paris, Mme Delphine ERNOTTE CUNCI fit l'ensemble de sa carrière au sein de France Télécom devenu Orange en juillet 2013. Elle fut successivement, chargée de fonction de recherche et développement, chargée de management commercial, directrice d'agence distribution puis directrice régionale Val-de-Loire de France Télécom (1989-2006). Nommée directrice de la communication commerciale et du sponsoring de France Télécom en 2006, puis directrice commerciale France de l'opérateur télécom en 2008, elle devint, en 2010, directrice exécutive, adjointe pour les opérations en France du groupe, membre du comité exécutif de France Télécom. Depuis 2011, Mme Delphine ERNOTTE CUNCI est directrice générale adjointe d'Orange, et directrice exécutive d'Orange France. Depuis mai 2012, elle est également administratrice de Suez Environnement et, depuis février 2014, présidente du conseil d'administration de l'Ecole nationale supérieure de la photographie.

La directrice générale adjointe d'Orange, directrice exécutive d'Orange France, a été préférée au dernier tour de scrutin à M. Pascal JOSEPHE, 60 ans, ancien directeur général adjoint chargé de l'antenne à Antenne 2 et FR3, ancien directeur général de l'antenne de La Cinq, qui avait notamment travaillé sur son projet avec M. Yves ROLLAND, conseiller maître à la Cour des comptes, ancien secrétaire général de France Télévisions.

N'étant pas parvenu à départager les deux derniers candidats encore en lice lors des deux premiers votes, le collège du CSA avait organisé hier après midi deux nouvelles auditions de Mme Delphine ERNOTTE CUNCI et de M. Pascal JOSEPHE. En effet, hier matin, le CSA avait constaté un partage des voix entre les deux personnalités. Ainsi que nous le révélions (cf. notre alerte d'hier matin), lors du premier tour de scrutin à bulletin secret, Mme ERNOTTE CUNCI avait recueilli quatre voix, M. JOSEPHE trois voix, et le président sortant de France Télévisions M. Rémy PFLIMLIN, une voix.

La future présidente devait recueillir au moins cinq voix parmi les huit sages pour être élue. Se posait en effet depuis plusieurs semaines la question d'une voix prépondérante pour le président du Conseil. Ce point a été examiné et l'interprétation qui a prévalu au CSA a conduit - par sécurité juridique et pour éviter les risques de contentieux - à estimer que le président du CSA ne disposait pas in fine d'une voix prépondérante en cas de partage égal des voix.

L'article 47-4 de la loi du 30 septembre 1986 modifiée par la loi du 15 novembre 2013 relative à l'indépendance de l'audiovisuel public dispose en effet que le CSA nomme les présidents de l'audiovisuel public "à la majorité des membres qui le composent" alors que l'article 4 de cette même loi dispose que "le président à voix prépondérante en cas de partage égal des voix".

Mme Fleur PELLERIN, ministre de la Culture et de la Communication, a adressé hier soir ses félicitations à Mme ERNOTTE CUNCI pour sa nomination. "Elle se réjouit de travailler avec elle et avec l'ensemble des salariés, pour construire l'avenir de France Télévisions, dans le cadre des orientations stratégiques fixées par l'Etat en mars dernier", écrit-elle dans un communiqué. La ministre dit aussi saluer "tout particulièrement Rémy PFLIMLIN pour son action à la tête de France Télévisions". "Il a su enclencher la transformation numérique de l'entreprise, entretenir un dialogue social nourri dans un contexte difficile, parachever la mise en place de l'entreprise unique, et enrichir l'offre d'information et de magazines d'information", indique-t-elle.

Une ambition réformatrice portée par une vision exigeante de la télévision publique de demain, selon la décision motivée du CSA

Dans sa décision motivée rendue publique hier soir (Décision n°2015-159 du 23 avril 2015 portant nomination à la présidence de France Télévisions), le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) souligne qu'il "s'est fondé, conformément aux termes de la loi, sur des critères de compétence et d'expérience, et sur l'analyse des projets stratégiques présentés par les candidats, éclairés par les auditions".

"En désignant Mme Delphine ERNOTTE CUNCI, le Conseil a fait le choix de confier la présidence de France Télévisions à une femme dotée de solides compétences de management et d'une expérience reconnue dans la gestion du dialogue social, qui a exercé des fonctions de direction au sein de l'un des plus grands groupes numériques européens, imprégné d'une forte culture de service public", affirme le Conseil.

Il ajoute : "Sa perception des enjeux de l'audiovisuel, en France comme à l'international, ainsi que son intuition des attentes du public dans un monde en mutation, ont convaincu le Conseil qu'elle saurait naturellement mettre ses qualités au service du développement de France Télévisions. Le projet stratégique de Mme ERNOTTE CUNCI lui est apparu comme conciliant de manière équilibrée l'ambition réformatrice portée par une vision exigeante de la télévision publique de demain, le souci d'une continuité indispensable à une transformation sereine et apaisée de l'entreprise, et la volonté de susciter l'adhésion des personnels pour conduire les changements nécessaires".

Le Conseil dit aussi avoir "relevé ses propositions consistant à bâtir, par la négociation et le dialogue, un plan stratégique visant à promouvoir la confiance au sein de France Télévisions, en identifiant les investissements et les adaptations nécessaires à l'essor du groupe".

Il déclare également avoir "salué son ambition de rénover l'offre proposée au public, en affirmant mieux les caractéristiques des chaînes : les programmes fédérateurs sur France 2, le patrimoine et les territoires sur France 3, la jeunesse sur France 4, la connaissance sur France 5, les Outre-mers sur France Ô".

Le CSA indique avoir "apprécié son triple souhait d'innover davantage dans les programmes afin de toucher tous les publics, notamment les plus jeunes, de placer les nouveaux usages numériques au coeur de l'offre et de faire émerger un nouveau modèle économique pour la diffusion des programmes, apte à procurer de nouvelles ressources pour développer le groupe".

"Le Conseil a par ailleurs été convaincu par la volonté de promouvoir le service public, exprimée par Delphine ERNOTTE CUNCI à travers la conclusion d'un pacte entre la télévision publique et la production française, le développement d'une télévision de qualité reflétant toutes les cultures et la création d'une chaîne publique et numérique de l'information. De façon générale, le Conseil a été sensible à son fort attachement au service public, qui anime sa volonté de renforcer les valeurs d'une télévision citoyenne par l'exemplarité, la transparence et la participation du public", poursuit le CSA.

Collaboration avec M. David KESSLER, Mme Dana HASTIER et M. Xavier COUTURE

Mme Delphine ERNOTTE CUNCI devient la première femme à diriger le groupe audiovisuel public. Selon des sources concordantes, elle a travaillé sur son projet avec plusieurs personnalités dont elle est proche. Ainsi, M. David KESSLER, directeur général d'Orange Studio et conseiller de la direction générale d'Orange sur la stratégie médias et contenus, ancien conseiller culture et communication à la présidence de la République et qui fut directeur de cabinet puis directeur délégué auprès du directeur général de France 2 il y a une vingtaine d'années, Mme Dana HASTIER, directrice de l'antenne et des programmes de France 3, et M. Xavier COUTURE, consultant extérieur pour Orange, administrateur d'Orange Studio, ancien directeur de la division contenus d'Orange, ancien président du directoire de Groupe Canal+ et ancien directeur de l'antenne de TF1, auraient participé à l'élaboration du projet présenté par Mme ERNOTTE CUNCI devant les huit membre du Conseil. Les communicants Anne HOMMEL et Denis PINGAUD l'auraient également conseillé.

Mme Delphine ERNOTTE CUNCI prendra ses fonctions le 22 août 2015. A partir d'aujourd'hui, s'ouvre, pour quatre mois, une période dite de "tuilage" avec le président en cours, Rémy PFLIMLIN, destinée à faciliter la transition entre les deux dirigeants.

M. Stéphane RICHARD prend la direction d'Orange France

Au sein d'Orange, où elle passa 26 ans, Mme ERNOTTE CUNCI a notamment euvré au lancement du déploiement du très haut débit fixe et mobile, avec la fibre et la 4G. Mais elle faisait aussi partie de l'exécutif de France Télécom lors du plan de 22 000 suppressions de postes, entre 2006 et 2008, qui s'était accompagné d'une vague de suicides, souligne la CGC médias, qui redoute de "voir arriver ces méthodes managériales ultra-violentes" à France Télévisions. Son entourage met, lui, en avant ses qualités de management et souligne qu'elle a contribué à l'apaisement du climat social dans l'entreprise.

A la suite de son départ prochain de l'opérateur téléphonique, M. Stéphane RICHARD, président-directeur général d'Orange, a indiqué hier, qu'il assumera directement, à partir du 27 avril prochain, la direction d'Orange France, "avec le plein appui de Delphine ERNOTTE CUNCI".


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.