Samedi 19 juin 2021 à 05:50, 106729 biographies, 1069 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

Mme Anne HIDALGO

Mme Anne HIDALGO (Articles de presse associés à la biographie)

Tout voir

Bulletin Quotidien Mme Anne HIDALGO, maire (PS) de Paris, lance sa plateforme de réflexion "Idées en commun" dans la perspective de 2022

Bulletin Quotidien - Date de parution : 18/03/2021

Mme Anne HIDALGO, maire (PS) de Paris, lance sa plateforme de réflexion "Idées en commun" dans la perspective de 2022

La maire (PS) de Paris Anne HIDALGO a fait un pas de plus hier vers une probable candidature à l'élection présidentielle en lançant lors d'une visite à Douai sa plateforme de réflexion baptisée "Idées en commun", destinée à "porter des projets dans la perspective de 2022".

"Nous sommes un certain nombre d'hommes et de femmes persuadés qu'un autre chemin est possible, qu'il faut construire une alternative basée sur une conjugaison de l'écologie et du social, et sur une revitalisation de la démocratie", a expliqué Mme HIDALGO dans "La Voix du Nord", soutenue dans cette démarche par de grands élus comme Mme Martine AUBRY, maire (PS) de Lille, M. François REBSAMEN, maire (PS) de Dijon, président de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains (FNESR), Mme Johanna ROLLAND, maire (PS) de Nantes, M. Michaël DELAFOSSE, maire (PS) de Montpellier et Mme Carole DELGA, présidente (PS) du Conseil régional d'Occitanie, mais aussi par les économistes Agathe CAGE, Gaël GIRAUD ou le climatologue Jean JOUZEL.

Mme HIDALGO, qui n'a pas encore officiellement déclaré sa candidature pour 2022, a annoncé récemment qu'elle se positionnerait probablement "à l'automne" (cf. BQ du 05/03/2021). "Mon rôle est d'être celle qui apporte l'énergie pour se réunir. En toute humilité. Je ne crois pas que la France attende une femme providentielle", a-t-elle déclaré à "La Voix du Nord", quotidien régional dans lequel Jacques CHIRAC, alors maire (RPR) de Paris, avait annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 1995. Dans cet entretien, Mme HIDALGO se présente comme une "sociale-démocrate" qui croit en "la radicalité de la réforme" et souhaite "construire des ponts entre les gens pour définir comment réussir la transition écologique, réindustrialiser le pays avec une économie décarbonée", après "cinq ans où les questions d'égalité, de démocratie, d'écologie ont été maltraitées" et où "la société française est devenue hyper-conflictuelle". En 2017, l'effondrement de la droite et la gauche nous a privés d'un vrai débat. Il faut aujourd'hui laisser respirer la démocratie. Mais pas pour porter un message contre, en prenant des boucs émissaires comme Marine LE PEN le fait avec les étrangers. La haine ne doit pas être le moteur de cela", estime-t-elle.

La maire de Paris, dont les relations avec ses alliés écologistes se sont tendues depuis sa réélection en juin dernier, appelle les autres partis de gauche "à agir ensemble, pacifiquement" pour éviter que la gauche ne soit une nouvelle fois absente du deuxième tour en 2022. "On est face à un double risque : celui de l'extrême droite et celui de l'urgence climatique", prévient-elle, estimant que le président de la République Emmanuel MACRON "n'apparaît plus comme un rempart face au Rassemblement national". Il a négligé "la question sociale et le dialogue dans la société", déplore-t-elle. "Les jeunes se désespèrent. Les Français vivent dans la peur du déclassement. Les services publics, comme les hôpitaux, ont été maltraités avant même la crise. Nous voulons redonner leur essentialité à la santé et l'éducation", affirme-t-elle notamment.

Les partis de gauche en ordre dispersé

Les partis de gauche abordent pour l'heure l'échéance présidentielle en ordre très dispersé : outre l'éventuelle candidature de Mme HIDALGO, le Secrétaire national du PCF Fabien ROUSSEL a annoncé samedi sa candidature à l'investiture de son parti, dont les adhérents se prononceront début mai, tandis que le président du groupe LFI à l'Assemblée nationale Jean-Luc MELENCHON a annoncé dès le mois de novembre qu'il serait candidat et qu'EELV doit organiser en septembre une primaire avec Génération.s, Cap écologie et Génération écologie.

Dans ce contexte, le député européen (EELV) Yannick JADOT, probable candidat en 2022, a souhaité hier un "processus de désignation" commun à tous les partis de "l'espace politique" situé entre MM. MELENCHON et MACRON, sans confirmer sa participation à la primaire du pôle écologiste, dont il craint qu'elle ne devienne une "machine à perdre". "Un processus de désignation n'est pas forcément une primaire", a-t-il expliqué en émettant des "réserves" sur cette dernière option. "Si à un moment donné, c'est la primaire, ce sera la primaire, mais la discussion que j'ai avec ma famille politique, c'est qu'à partir du moment où il faudra faire une candidature de rassemblement, il faudra un processus de désignation à la hauteur de ce rassemblement avec les progressistes, les humanistes", a-t-il fait valoir. Une chose est sûre : "Je ne ferai jamais sans ma famille politique", a-t-il toutefois assuré alors que certains craignent de le voir se présenter sans passer par les fourches caudines du parti, de la même manière qu'il avait décidé sans concertation en 2017 de se retirer au profit du candidat socialiste Benoît HAMON (avec le succès que l'on sait).

Le Premier secrétaire du PS Olivier FAURE milite pour sa part pour une "primaire des idées" à gauche et un "contrat de coalition" entre les formations politiques qui s'en réclament avant de se pencher sur la désignation d'un candidat commun au "bloc social-écologiste" (cf. BQ du 29/01/2021).

Bulletin Quotidien La maire (PS) de Paris, Mme Anne HIDALGO, annoncera lundi sa candidature à la présidence du C40, réseau des 83 plus grandes villes du monde

Bulletin Quotidien - Date de parution : 01/04/2016

La maire (PS) de Paris, Mme Anne HIDALGO, annoncera lundi sa candidature à la présidence du C40, réseau des 83 plus grandes villes du monde.

Née en juin 1959, conseillère de Paris (15ème secteur-15ème arr.) depuis 2001, maire de Paris depuis 2014, présidente du conseil de surveillance de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) depuis juin 2014, vice-présidente de la Métropole du Grand Paris depuis 2016, présidente de l'Association internationale des maires francophones, Mme Anne HIDALGO fut conseillère régionale d'Ile-de-France de 2004 à 2014.

Créé et mené par les villes, le C40 Cities Climate Leadership Group fédère 83 des plus grandes villes du monde, représentant plus de 600 millions de personnes et un quart de l'économie mondiale. Son objectif est de lutter concrètement contre le dérèglement climatique en soutenant, par des coopérations opérationnelles, l'action des villes dans la réduction des émissions de gaz de serre et des risques climatiques, tout en favorisant la santé et le bien-être des citoyens et en créant des opportunités économiques.

Bulletin Quotidien Mme Anne HIDALGO détaille dans une "note confidentielle" son projet de réforme du statut de Paris

Bulletin Quotidien - Date de parution : 23/09/2015

Mme Anne HIDALGO, maire (PS) de Paris, a dévoilé hier un plan de réforme du cadre institutionnel parisien, qui prévoit notamment de renforcer les pouvoirs du maire et de revoir la carte les arrondissements.

Ce projet de "modernisation" et de "normalisation" de la collectivité parisienne est détaillé dans une note de quatre pages, adressée la semaine dernière à l'Elysée, à Matignon, et Place Beauvau. La mairie espère qu'il se concrétisera par un projet de loi "courant 2016". "Le maire de Paris ne dispose toujours pas des mêmes pouvoirs que ceux des autres maires de France pour faire face aux questions essentielles de la vie quotidienne. (...) Le maintien de ce traitement dérogatoire de Paris n'est plus acceptable", peut-on lire dans ce texte.

Stationnement, circulation, réglementation des débits de boisson, urbanisme, évacuation des immeubles insalubres: dans tous ces domaines, la mairie de Paris revendique de recouvrer "la plénitude de ses compétences", dont elle est en partie privée de manière séculaire en raison de son statut particulier de ville capitale. L'édile ne va cependant pas jusqu'à réclamer d'avoir la haute main sur le maintien de l'ordre, qui doit rester du domaine de l'Etat.

Autre proposition de la mairie: revoir la carte des vingt arrondissements parisiens, qui date de 1859, et fait apparaître des écarts de population considérables (de un à quinze). Ces écarts "empêchent de faire de l'arrondissement l'unité administrative et politique qui organise la ville", souligne l'entourage de la maire. A preuve, la décision cet été du Conseil constitutionnel de censurer un amendement qui prévoyait que chaque arrondissement élise au moins un conseiller pour siéger à la Métropole du Grand Paris.

Troisième volet du plan: Mme Anne HIDALGO propose de fusionner la commune et le département de Paris, déjà très imbriqués sur les plans budgétaire et fonctionnel. Cette piste est d'ailleurs ouverte par un rapport de la Chambre régionale des comptes qui sera débattu au prochain Conseil de Paris (28-30 septembre).

Selon plusieurs proches de Mme HIDALGO, ces propositions ont été accueillies avec bienveillance par l'exécutif. Elles surviennent pourtant dans un climat de tensions exacerbées entre la mairie et le gouvernement. La Ville de Paris a ainsi déposé en juillet une question prioritaire de constitutionnalité au sujet de la dotation globale de fonctionnement normalement versée par l'Etat au titre du département, mais réduite à zéro à Paris. Elle prévoit d'en déposer une autre très prochainement, sur les "dimanches du maire" -une prérogative que la loi MACRON a maintenue dans le giron du préfet de Paris contrairement à la règle générale.

C'est aussi l'Etat qui décidera du contour des "zones touristiques internationales", où les commerces pourront ouvrir en soirée et le dimanche toute l'année. "J'ai (...) été maltraitée", avait dit Mme HIDALGO début septembre. Suprême humiliation: Bercy a reçu cet été les maires d'arrondissement de droite pour discuter avec eux du périmètre de ces zones.

Mme Anne HIDALGO s'est aussi plainte de la frilosité du préfet pour l'organisation d'une journée sans voiture le 27 septembre, et n'a eu de cesse de réclamer des mesures contre la pollution de l'air à la ministre de l'Ecologie Ségolène ROYAL.

Nul doute que ce contexte a pesé dans la rédaction de la note" de Mme HIDALGO. "L'Etat ne peut continuer à revendiquer des compétences dérogatoires à Paris, alors que chaque jour il se désengage des principales politiques publiques essentielles pour les Parisiens", y lit-on.

Présidente du groupe Les Républicains au Conseil des Paris, Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET a souligné "l'intérêt d'une réforme institutionnelle qui gommerait les archaïsmes administratifs du statut de la capitale". Elle a souhaité qu'elle soit l'occasion d'instaurer "l'élection au suffrage universel direct du maire de Paris" et de créer une police municipale. Pour le groupe UDI-MoDem, "la maire de Paris, en se crispant sur ses compétences, et en cherchant à s'arroger des pouvoirs supplémentaires, démontre surtout sa volonté d'enterrer une véritable gouvernance métropolitaine". La Métropole du Grand Paris, qui doit naître le 1er janvier 2016, devrait être présidée par la droite.

Bulletin Quotidien Parution du livre : "Anne HIDALGO, maire de Paris, journal de campagne", par M. Claude ESTIER (Cherche Midi)

Bulletin Quotidien - Date de parution : 30/04/2014

Ancien député et ancien sénateur de Paris, ancien député européen, ancien journaliste au "Monde", à "France Observateur" et à "Libération", ancien directeur politique de "L'Unité", M. Claude ESTIER avait retrouvé son métier de journaliste pour écrire une chronique quotidienne relatant au jour la campagne présidentielle de M. François HOLLANDE ("François Hollande, Journal d'une victoire" - cf. BQ 5/6/2012). Il récidive aujourd'hui en racontant les épisodes marquants de la campagne municipale à Paris, avec Anne HEURTEMATTE pour les photos. Mme HIDALGO a préfacé l'ouvrage. Il avait publié en 1981 "Mitterrand Président, le journal d'une campagne" et en 1995, "De Mitterrand à Jospin, trente ans de campagnes présidentielles". Il est aussi l'auteur de "Un combat centenaire, 1905-2005, Histoire des socialistes français" (2005), "J'en ai tant vu" (2008), "Journalistes engagés" (2011).


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.