Mercredi 24 avril 2024 à 05:45, 113940 biographies, 771 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Arnaud NGATCHA

M. Arnaud NGATCHA

(Article de presse associé à la biographie)

Tout voir

Correspondance de la Presse Audition de M. Arnaud NGATCHA, candidat à la présidence de France Médias Monde

Correspondance de la Presse - Date de parution : 10/01/2023

Troisième candidat auditionné hier à l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom), le cadre de France Télévisions et adjoint à la maire de Paris Arnaud NGATCHA a défendu son projet pour France Médias Monde (FMM). Nouveau format de gouvernance, gestion budgétaire, coopérations entre entreprises de l'audiovisuel public, renforcement de la présence africaine, remise en question du signal espagnol, le postulant assume "devoir faire des choix" pour insuffler "un nouveau souffle" à l'entreprise.

Conseiller éditorial durant quelques mois auprès de la présidente sortante Marie-Christine SARAGOSSE en 2014, M. Arnaud NGATCHA l'a affirmé : "Mon projet, je l'ai muri de longs mois. Je ne me serais pas présenté à la présidence d'un autre groupe. J'ai une conviction profonde : les médias peuvent encore changer le monde".

"Le meilleur des projets éditoriaux doit s'appuyer sur une solide gestion des ressources"

Son projet se décline en deux axes. "France Médias Monde a besoin d'un nouveau souffle. Il s'articule autour de deux idées essentielles : une nouvelle dynamique d'entreprise et un projet éditorial renforcé, resserré, porté par le numérique".

S'il évoque en premier lieu l'organisation de l'entreprise, c'est parce que "le meilleur des projets éditoriaux doit s'appuyer sur une solide gestion des ressources". Cette "nouvelle dynamique" repose sur "une gestion rigoureuse des ressources par une maîtrise des coûts et le développement des ressources propres", "la mise en euvre d'une bonne gouvernance" et "une stratégie de coopération avec les acteurs de l'audiovisuel public".

M. NGATCHA souhaite que FMM "poursuive ses objectifs de performance budgétaire ambitieux en insufflant une véritable éthique de la gestion afin que les doutes quant à l'indépendance ne puissent être exprimés". Il souhaite également une meilleure maîtrise des coûts, notamment en agissant sur les rémunérations "comme le recommande la Cour des comptes".

Sur les dépenses de l'entreprise, "des gisements d'économies doivent être mobilisés de façon plus ambitieuses" et passent par "une stratégie d'achats mutualisés", "un plan de sobriété énergétique" ou encore "la diversification des produits d'exploitation comme par exemple par le biais de sponsoring et de parrainage des magazines

Augmentation de 10 % des ressources propres sur le mandat ; des coopérations renforcées

Alors que la dotation publique devrait légèrement augmenter cette année (+6,8 millions d'euros), M. NAGTCHA veut s'accorder de nouvelles marges de maneuvres en développant les ressources propres. "Actuellement, elles représentent 15 millions d'euros. Mon objectif est une augmentation de 10 % durant le mandat." Pour ce faire, il compte s'appuyer sur l'Agence française de développement (AFD) via des financements de projets d'antennes en langues africaines, mais également avec les appels à projets de l'Union européenne promouvant les valeurs démocratiques, ou encore via des recettes publicitaires sur le numérique en coopération avec France TV Publicité.

Son second pilier repose sur "le corps social" qui constitue l'entreprise en "mettant en place une politique active en matière de ressources humaines. (...) Je donnerai un nouveau souffle : une promotion d'une politique active de gestion de carrière, une revue des cadres pour identifier les potentiels existants, et une amélioration de l'organisation du travail". Il veut également "une gouvernance partagée" avec la création d'un comité exécutif paritaire avec une directrice générale déléguée et un secrétaire général "comme cela existe à France Télévisions et Radio France". Un "séminaire stratégique sera instauré" pour travailler en coopération avec le conseil d'administration et le comité des rémunérations. "Nous veillerons au respect des recommandations de la Cour des comptes", a-t-il insisté.

Enfin, il souhaite renforcer les coopérations pour mutualiser les moyens, rappelant l'origine de la création de France 24 issue du partenariat entre TF1 et France Télévisions. "Si l'audiovisuel français s'est caractérisé par son éparpillement, c'est une exception européenne." Pour autant, "je ne souhaite pas diluer les médias dans un grand ensemble, notamment en conservant des rédactions séparées. Nous vivons dans l'ère du global média, il nous faut nous rassembler avec les sociétés seurs de l'audiovisuel public". Bien que déjà en cours, il juge toutefois que ces coopérations ont été "timides voire embryonnaires. (...) Je veux faire là-aussi faire naître un nouveau souffle".

Citant l'offre numérique de franceinfo avec des partenariats plus intenses mais aussi avec Brut. 'Notre projet est mondial, il ne peut souffrir d'aucun esprit de clocher. Ces coopérations permettront aux Français de connaître les médias de l'audiovisuel extérieur ", annonçant la création d'une plateforme France Médias Monde éducation avec la filiale de Canal France international.

Un "éparpillement de l'ambition éditorial" du groupe ces dernières années

Sur le plan éditorial cette fois-ci, il estime que FMM "a souffert ces dernières années de l'éparpillement de son ambition éditorial et je veux affirmer et revendiquer des priorités claires : je souhaite que le projet éditorial soit linéaire et numérique, dans le cadre d'une stratégie d'une offre omnicanal". Géographiquement, trois zones sont particulièrement ciblées : l'Afrique, l'Europe et la zone indo-pacifique ; avec la défense des valeurs démocratiques "pour être les relais actifs d'une information exigeante et plurielle".

Plus particulièrement, M. NGATCHA a souligné l'importance de l'Afrique pour la France. "Nous pouvons mieux travailler à l'influence qu'il faut conserver sur le continent africain", notamment face aux Russes, aux Chinois et aux Américains. Cette stratégie africaine passe par un renforcement des investissements pour RFI. "Notre devenir africain est un enjeu de civilisation majeur pour notre pays, une partie de l'avenir du monde se joue là. Nous devons sortir d'une narration qui cantonnerait ce continent aux questions migratoires, aux instabilités politiques ou encore à la corruption."

Il propose par exemple une grande soirée annuelle avec France Télévisions, via le Prix RFI découverte, qui mettrait en avant des artistes africains, mais également des développements technologiques pour une offre de podcasts. "Mon ambition est de faire de France Médias Monde le média numérique de référence des jeunesses."

Outre l'Afrique, M. NGATCHA a cité la zone indo-pacifique "où nous avons historiquement un rôle à jouer" citant le succès de France 24 au Japon. En revanche, il souhaite la réalisation d'un audit de France 24 en espagnol. "Je ne remets pas en cause le travail extraordinaire des équipes. Néanmoins, il me semble important d'évaluer l'impact de la chaîne en espagnol."

"J'ai un projet précis et une vision"

Par ailleurs, il veut respecter "le projet initial de l'esprit démocratique" en se faisant "les relais actifs d'une information exigeante, plurielle et indépendante" face notamment à la montée des populismes et de la désinformation. Il souhaite ainsi la création d'une fondation internationale pour défendre ces valeurs avec les membres du DG8 (regroupement des groupes audiovisuels publics de huit pays).

Enfin, il souhaite "se saisir de la question environnementale (...) en la mettant au ceur du projet éditorial", même s'il ne "veut pas d'un agenda militant. C'est par l'information et par les règles fondamentales du journalisme que nous pourrons lui faire une juste place et en nous appuyant sur la rigueur journalistique".

Interrogé plus concrètement par les sages de l'Arcom sur les projets qu'il souhaitait mettre en place, le candidat passé par Canal+, France Télévisions, ou encore Aprimegroup a botté en touche. Arguant avoir besoin d'accéder aux éléments de l'entreprise pour se prononcer et de discuter avec les autres partenaires publics. "Je ne veux pas m'engager sur des propositions que je ne pourrais pas tenir, qui sont belles sur le papier mais qu'on ne peut pas mettre en euvre. J'essaie d'être réaliste." Plus globalement, il ne peut "faire des choix sans travailler avec les équipes et les tutelles. J'ai un projet précis et une vision".

Sur les coopérations, il a toutefois précisé que "si nous continuons à être seuls, compte tenu de l'évolution actuelle des concurrents, je ne vois pas comment France Médias Monde restera un acteur de premier plan sur la scène internationale". Questionné sur le financement de l'audiovisuel public, "il ne m'appartient pas de le décider. Je suivrai ce que l'actionnaire choisira", ajoute-t-il, comptant sur le développement des ressources propres pour mener à bien son projet.


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.