Mardi 27 juillet 2021 à 05:46, 107083 biographies, 1193 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Eric PIOLLE

M. Eric PIOLLE

(Article de presse associé à la biographie)

Tout voir

Bulletin Quotidien Le maire (EELV) de Grenoble Eric PIOLLE prévoit d'organiser un référendum constitutionnel en cinq points s'il est élu président en 2022

Bulletin Quotidien - Date de parution : 07/05/2021

Après avoir vu M. Yannick JADOT, son principal adversaire au sein d'Europe Ecologie-Les Verts dans la perspective de 2022, préempter le thème du rassemblement de la gauche dont il avait fait son cheval de bataille depuis de longs mois, le maire de Grenoble Eric PIOLLE est sorti de l'ombre mercredi soir à l'occasion d'une conférence de presse aux accents de pré-campagne présidentielle.

Ce rendez-vous était le premier organisé en grande pompe et en présentiel avec toute la presse nationale, après plusieurs mois de relative discrétion à arpenter la France pour construire ses réseaux et soutenir les candidats aux élections régionales de juin. "Il faut faire vivre le projet" pour exorciser "une période de grande confusion", a expliqué l'édile grenoblois à la presse.

S'il n'est pas officiellement déclaré candidat à la primaire annoncée par EELV pour le mois de septembre, M. PIOLLE s'est efforcé de légitimer son ambition élyséenne en dévoilant la première mesure qu'il estime devoir être prise par un futur président de la République écologiste : l'organisation d'un référendum constitutionnel en cinq points pour "redonner du pouvoir" aux Français. Une proposition plutôt "consensuelle", a-t-il admis, en ligne avec sa stratégie de

construire un large "arc humaniste" plutôt que de cliver la gauche.

"Il faut que la première action du président écologiste soit de déverrouiller la démocratie", a-t-il déclaré avant de détailler les cinq points qui seraient soumis à référendum : d'abord, intégrer la

protection de l'environnement et du climat dans l'article 1er de la Constitution. A ce titre, M. PIOLLE s'est dit favorable au référendum annoncé par le président Emmanuel MACRON sur cette question, mais "encore faut-il qu'il le fasse", a-t-il lancé", alors que le Sénat doit examiner lundi le projet de loi constitutionnelle le prévoyant dans une version différente de celle adoptée par l'Assemblée nationale en mars, rendant impossible pour l'heure la convocation d'un tel

référendum (qui nécessite l'adoption d'un texte dans les mêmes termes par les deux chambres ; cf. BQ du 06/05/2021). Ensuite, l'inclusion dans la Constitution du "référendum d'initiative citoyenne" réclamé par les "gilets jaunes" ; la réforme du statut du parquet afin d'aboutir à l'indépendance de la nomination des magistrats ; la suppression du pouvoir de nomination du président de la République prévu à l'article 13-5 et de la possibilité de s'octroyer les pleins

pouvoirs ; enfin, l'introduction de la proportionnelle aux élections législatives (sur le modèle du mode de scrutin des élections régionales) et la simultanéité de l'organisation des élections

présidentielle et législatives à partir de 2027.

Ce ne sont pas des propositions conflictuelles, on aurait pu faire plus politisé, mais le but est de redonner du pouvoir (aux citoyens), pas de faire un putsch", a expliqué M. PIOLLE. Interrogé sur une

VIe République souvent réclamée par plusieurs responsables de gauche, il a confié qu'il préférait "changer les choses tout de suite plutôt que de se lancer dans une constituante qui prendrait deux ans" et retarderait l'action. La proposition de M. PIOLLE va être versée à la plateforme programmatique en ligne du pôle écologiste, ouverte jusqu'à la mi-juin en vue de la primaire de septembre.

M. PIOLLE appelle au respect du calendrier de la primaire écologiste prévue à l'automne.

Le maire de Grenoble a d'ailleurs défendu le calendrier de cette consultation, rappelé régulièrement par le Secrétaire national d'EELV Julien BAYOU, qui refuse d'ouvrir dès à présent des négociations avec les socialistes sur une candidature commune, malgré la réunion des gauches organisée en avril par M. JADOT, qui doit se renouveler d'ici la fin du mois pour évoquer le programme (cf. BQ du 17/04/2021). "Le deuxième tour de la primaire aura lieu le 26 septembre, c'est le jour du 2ème tour des élections fédérales allemandes", a souligné M. PIOLLE en jugeant que cela pourrait donner une dynamique au candidat désigné. Fustigeant "ceux qui pensent qu'on peut

s'éparpiller façon puzzle et enjamber les régionales de juin", il a estimé que la recherche d'un rassemblement de la gauche, "ce sera à l'automne". "On est dans une période où chacun veut montrer qu'il incarne le mieux le pôle écologiste", observe M. Guillaume GONTARD, président du groupe Ecologiste au Sénat et proche de M. PIOLLE, selon lequel ce dernier a pu être pris de court par un "Yannick JADOT qui a fait un pas par-dessus la primaire" en organisant la rencontre des partis de gauche. Chez les proches de l'édile grenoblois, pas question cependant d'évoquer une contre-attaque à l'initiative de l'eurodéputé, qui a éclipsé médiatiquement le rare dialogue public entre les leaders de la CGT et de la CFDT organisé la même semaine par M. PIOLLE. "Sa force, c'est d'avoir posé sa stratégie dès l'automne dernier et de la suivre, imperturbable", assure l'un de ses soutiens. La porte-parole d'EELV Marine TONDELIER, qui coordonne ses initiatives sur le plan national, renchérit : "Eric PIOLLE discute

depuis longtemps avec tous ceux qui étaient invités à la réunion. Il en défendait le principe depuis longtemps, parfois contre JADOT", rappelle-t-elle. "La séquence menant à la réunion des gauches n'était pas bonne, elle a créé beaucoup de brouille sur la ligne alors que la force des écolos c'est quand ils sont en équipe", glisse-t-on encore dans l'entourage du Grenoblois. "C'était à lui de le faire, il a une cohérence plus grande que JADOT sur cet aspect de l'union", regrette M. Alain COULOMBEL, membre de l'aile gauche du parti, selon lequel M. PIOLLE "s'est rendu un peu prisonnier du temps et du calendrier de la majorité interne de Julien BAYOU".

Une différence (et non la moindre) dans l'idée du rassemblement de toute la gauche subsiste toutefois entre les deux hommes : M. PIOLLE y inclut La France insoumise, contrairement à M. JADOT qui constate que M. Jean-Luc MELENCHON, déjà officiellement candidat pour 2022, "préfère s'isoler". Autre facteur d'incertitude : la présence de la féministe Sandrine ROUSSEAU, ancienne Secrétaire nationale adjointe d'EELV, parmi les candidats à la primaire. Elle n'était prévue par aucun des deux hommes.


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.