Samedi 19 juin 2021 à 05:50, 106729 biographies, 1069 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Bruno RETAILLEAU

M. Bruno RETAILLEAU (Articles de presse associés à la biographie)

Tout voir

Bulletin Quotidien M. Bruno RETAILLEAU, président du groupe LR au Sénat, lance l'opération "50 idées pour la France", dans le cadre de la préparation de l'élection présidentielle

Bulletin Quotidien - Date de parution : 09/03/2021

M. Bruno RETAILLEAU, sénateur de la Vendée, président du groupe LR au Palais du Luxembourg, président de Force républicaine, mouvement créé par l'ancien Premier ministre François FILLON, souhaite être candidat à l'élection présidentielle.

Il a lancé hier l'opération "50 idées pour la France".

"A compter de ce jour et chaque lundi durant 50 semaines, je soumettrai une proposition dans un domaine afin de contribuer à ce que les mois qui nous séparent de la désignation du candidat de la droite pour la présidentielle soit d'abord un débat d'idées et non une querelle d'ego et d'ambitions. Ce que je veux c'est que la droite aborde la présidentielle avec un projet fort capable de redonner une espérance aux Français et son rayonnement à la France" a déclaré le sénateur de la Vendée, dans un message adressé à ses sympathisants.

La première idée présentée hier consiste à "créer des courtes peines de prison pour les mineurs hyperviolents et sanctionner les parents".

La question posée est la suivante : "Combien d'adolescents hyperviolents qui agressent et blessent n'écopent que d'un simple rappel à la loi, de quelques travaux d'intérêt général ou de sanctions bien faibles au regard du préjudice subi par les victimes ? Beaucoup trop malheureusement. Une sanction éducative, c'est une sanction proportionnelle à la gravité de l'acte commis. Si nous voulons casser le sentiment d'impunité, briser la spirale de la récidive, il faut créer de courtes peines de prison pour les mineurs hyperviolents, d'au moins 15 jours, dans des établissements dédiés. Quant aux parents démissionnaires, qui ne remplissent pas leurs responsabilités éducatives, des sanctions financières doivent leur être appliquées, à travers la suspension des aides sociales et familiales".

Bulletin Quotidien M. Bruno RETAILLEAU, président du groupe LR au Sénat, a présenté "30 mesures pour refonder l'Europe", préparées par Force Républicaine

Bulletin Quotidien - Date de parution : 05/04/2018

M. Bruno RETAILLEAU, sénateur de la Vendée, président du groupe LR au Sénat, a présenté hier les propositions de Force Républicaine, qu'il préside depuis novembre 2017, après voir succédé à l'ancien Premier ministre François FILLON, qui l'avait créée.

Prônant une "Europe pour la France", Force Républicaine a établi "30 mesures pour refonder l'Europe", que nous présentons ci-dessous.

POUR UNE EUROPE DES PEUPLES EUROPEENS

L'Europe doit être un projet de civilisation, pas un meccano institutionnel fédéral.

Valoriser la civilisation européenne et sortir de l'Europe du vide

1/ Proposer une "Charte des peuples européens" réaffirmant l'identité et les racines judéo-chrétiennes de l'Europe, comme les grands principes de fonctionnement de l'Union européenne basées sur la souveraineté des Etats et la subsidiarité des politiques.

2/ Etendre Erasmus au secondaire, créer dans chaque université d'Europe une licence d'humanités européennes et mettre en place un fonds d'aide au patrimoine européen.

3/ Transformer l'euro en un marqueur culturel européen en faisant figurer sur notre monnaie des personnalités ou des lieux existants, et non pas des images fictives.

Instaurer un véritable contrôle démocratique

4/ Donner un droit de veto aux Parlements nationaux face aux propositions de la Commission Européenne : le carton rouge.

5/ Confier aux Parlements nationaux un pouvoir d'initiative en matière de législation européenne : le carton vert.

6/ Instaurer un contrôle préalable des initiatives de la Commission par les Parlements nationaux.

En finir avec la fuite en avant technocratique

7/ Refuser toute augmentation du budget européen, qui conduirait à une hausse des impôts et des contributions.

8/ Effectuer un passage en revue systématique de l'impact des législations européennes. Appliquer le principe "une règle adoptée, une règle supprimée".

9/ Assouplir le recours aux coopérations renforcées.

10/ Supprimer les fonctions non nécessaires ou empiétant sur le domaine réservé des Etats comme celle de Haut Représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

POUR UNE EUROPE DES PROTECTIONS EUROPEENNES

L'Europe doit reconstruire ses frontières face aux vagues migratoires et imposer des barrières contre les dangers de la mondialisation.

Reprendre le contrôle de nos frontières

11/ Mettre en place un pacte de maîtrise migratoire au niveau européen et exiger de la CEDH qu'elle cesse de faire obstacle à la lutte contre l'immigration illégale.

12/ Tripler le budget de Frontex et renforcer la coopération des services de police, de justice et de renseignements dans la lutte contre le terrorisme islamiste.

13/ Refuser clairement et simplement l'entrée de la Turquie et imposer un moratoire sur un élargissement

Lutter à armes égales dans la mondialisation

14/ Faire du principe de réciprocité la condition à toute signature d'accord commercial.

15/ Lutter plus fermement contre la concurrence déloyale en mettant en place des taxes anti dumping sur les produits ne respectant pas les normes internationales de base et des amendes, ou même des fermetures de marchés, contre les pays produisant massivement des contrefaçons.

16/ S'opposer à l'extraterritorialité des lois américaines comme à l'obtention par la Chine du statut d'économie de marché.

17/ Imposer la préférence européenne, avec la mise en place d'un "buy european act" et contrôler les investissements étrangers en Europe. Constituer un mécanisme de protection de nos intérêts stratégiques pour les infrastructures comme pour les entreprises.

Rendre les entreprises européennes plus compétitives à travers une concurrence plus loyale

18/ Eliminer les barrières normatives inutiles à l'intérieur du marché unique en stoppant les surtranspositions.

19/ Engager une vraie révision de la directive sur le travail détaché.

Faire de l'euro un outil au service de la compétitivité, de la croissance et de l'emploi en Europe

20/ Doter la zone euro d'un véritable gouvernement économique, à travers un directoire composé des chefs d'Etats et de gouvernements.

21/ Mettre en place, à partir du couple franco-allemand, la convergence, d'abord fiscale pour les entreprises, puis sociale, des Etats de la zone euro.

22/ Adopter un agenda strict de consolidation budgétaire engageant les différents Etats pour faire respecter la règle d'or budgétaire contenue dans le Pacte budgétaire européen.

POUR UNE EUROPE DES PROJETS EUROPEENS

L'Europe doit cesser de s'occuper de l'accessoire, pour se concentrer sur les grands défis d'avenir.

Garantir l'indépendance des Etats européens

23/ Forger une alliance européenne de défense avec le Royaume-Uni, complémentaire mais autonome de l'OTAN, et créer un fonds européen pour les opérations extérieures.

24/ Construire une ambitieuse politique de l'énergie pour lutter contre le dérèglement climatique et pour réduire notre dépendance énergétique en lançant un projet de supergrid européen et en préparant dès maintenant l'après pétrole.

25/ Créer un fond de crise pour faire face aux urgence agricoles et maintenir le budget et les paiements directs de la PAC pour garantir notre indépendance alimentaire.

Faire de l'Europe le continent de l'intelligence

26/ Poursuivre la dynamique de l'Europe spatiale et renforcer l'effort européen en matière de R&D, au travers notamment du programme Horizon 2020.

27/ Créer un NASDAQ européen et investir massivement dans le numérique (Blockchain, intelligence artificielle...)

Faire entendre la voix d'une Europe influente et rayonnante

28./ Lever les sanctions contre-productives infligées à la Russie et établir un partenariat d'avenir avec l'Afrique.

29/ Lancer une initiative européenne contre la gestation pour autrui (GPA) et faire de l'Europe le continent de l'intelligence artificielle éthique.

30/ Forger une véritable Union environnementale pour que les Etats membres parlent d'une seule voix sur les enjeux environnementaux.

Bulletin Quotidien M. Bruno RETAILLEAU, sénateur (UMP) et président du conseil général de la Vendée, sera candidat à la présidence du Conseil régional de Vendée en décembre prochain

Bulletin Quotidien - Date de parution : 07/01/2015

M. Bruno RETAILLEAU, 54 ans, sénateur (UMP) et président du conseil général de la Vendée, président du groupe UMP au Palais du Luxembourg, a annoncé hier sa candidature aux prochaines élections régionales pour la "reconquête" des Pays-de-la-Loire.

"Je me porte candidat pour les élections régionales qui auront lieu à la fin de l'année 2015", a déclaré M. RETAILLEAU ajoutant qu'il souhaitait "bâtir une liste d'union" pour "la reconquête de la région", dirigée depuis 2004 par le socialiste Jacques AUXIETTE, qui ne se représente pas.

M. RETAILLEAU, qui a "fait l'objet d'un certain nombre de sollicitations, de ma famille politique, du centre et de la société civile", a décidé de conduire cette liste de droite d'abord pour mener "la bataille de l'emploi", a-t-il dit, car "avec la réforme territoriale, les régions vont concentrer entre leurs mains l'essentiel des armes anti-chômage".

"Cette bataille de reconquête et d'influence aura d'autant plus d'importance qu'on se dirige vers une France avec moins de régions", a souligné l'ancien vice-président du conseil régional des Pays-de-la-Loire de 1998 à 2004.

"Du coup, j'ai choisi de renoncer à me présenter aux prochaines départementales. Pour moi, c'est un arrachement (...). C'est un choix difficile car mon premier mandat était un mandat départemental, en 1988, dans un canton où je suis né, dans un canton où je vis", a expliqué l'élu vendéen qui avait pris la suite de son ancien mentor Philippe de VILLIERS, à la tête du département de la Vendée en 2010.

Bulletin Quotidien M. Bruno RETAILLEAU, sénateur (UMP) de la Vendée, annonce sa candidature à la présidence du groupe UMP du Palais du Luxembourg

Bulletin Quotidien - Date de parution : 09/09/2014

M. Bruno RETAILLEAU, né en novembre 1960, sénateur (DVD, puis UMP) de la Vendée depuis 2004, président du conseil général de ce département depuis 2010, ancien député (MPF), ancien conseiller régional des Pays-de-la-Loire, a annoncé hier sa candidature à la présidence du groupe UMP de la Haute-Assemblée.

M. RETAILLEAU fut longtemps un proche de M. Philippe de VILLIERS, avant de rompre avec le président du MPF en 2010.

"Le Sénat est affaibli depuis l'arrivée de la gauche, à tel point que c'est l'idée même du bicamérisme qui pourrait en être ébranlée", souligne M. RETAILLEAU dans un courrier qu'il a adressé à ses collègues. "L'exemple italien montre que ce n'est pas une vue de l'esprit et nous n'avons que trois ans pour renouveler son image." Il propose de "replacer le Sénat au ceur de la République et construire une force d'opposition et de proposition crédible afin de préparer l'alternance de 2017". "Nous devons faire confiance à de nouveaux visages, renouveler nos méthodes de travail et de communication pour donner au Sénat une nouvelle image et mieux faire entendre notre voix", a encore souligné le sénateur de la Vendée. "Que le Sénat redevienne un grand conseil des territoires", souhaite en outre le président du conseil général de Vendée. "Ca ne sert à rien d'organiser en fanfare des Etats généraux de la démocratie locale si c'est pour mépriser les territoires", dit-il en visant une initiative du président du Sénat sortant, M. Jean-Pierre BEL (PS), et les réformes préparées depuis deux ans. "Il faut sortir régulièrement sur le terrain, que l'on devienne la vigie anti-normes", préconise-t-il. Enfin, pour M. RETAILLEAU, le prochain président du groupe UMP "devra être à l'écart des courants et des querelles qui ont pu marquer le mouvement"" et ne pas "être une simple courroie de transmission".

M. Jean-Claude GAUDIN, sénateur (UMP) des Bouches-du-Rhône, maire de Marseille, qui avait remplacé M. LONGUET à la présidence du groupe en mars 2011, n'est pas candidat à sa succession, et devrait devenir vice-président du Sénat en octobre prochain.

L'ancien ministre Roger KAROUTCHI, sénateur des Hauts-de-Seine, a annoncé sa candidature à la présidence du groupe UMP (cf. "BQ" du 17 juillet), tout comme l'ancien ministre Gérard LONGUET, sénateur de la Meuse (cf. "BQ" du 29 août).


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.