Mercredi 30 septembre 2020 à 05:52, 105126 biographies, 873 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Serge SCHICK

M. Serge SCHICK

(Article de presse associé à la biographie)

Tout voir

Correspondance de la Presse France Télévisions : M. Serge SCHICK s'appuie sur son expérience au sein de Radio France pour développer son projet stratégique

Correspondance de la Presse - Date de parution : 21/07/2020

Si France Télévisions est l'"ossature, le poumon et le cœur" de l'audiovisuel public, il convient de lui donner une nouvelle impulsion et d'y insuffler de l'innovation afin d'inventer "le média public de demain", estime M. Serge SCHICK. Pour le candidat à la présidence de l'entreprise, les antennes du groupe public ont su "faire la différence" pendant la crise sanitaire. C'est précisément sur cette capacité à "faire la différence" que repose son projet stratégique, présenté hier après-midi aux membres du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Précédemment directeur de la stratégie des publics et du développement des marques de Radio France, M. SCHICK a développé son projet autour de quatre axes : la diversité, pour renouer avec la confiance des publics, la différenciation, pour se distinguer des différents concurrents -traditionnels et nouveaux acteurs -, une "ambition industrielle forte" et, enfin, un "projet d'entreprise pour faire de France Télévisions un groupe de référence". Sur ce dernier point, s'il envisage le maintien d'une direction centralisée des programmes, il propose de créer au sein de chaque chaîne des postes d'éditeurs afin de "faire remonter la valeur éditoriale des chaînes" à cet échelon.

Pour retrouver et renforcer la confiance des publics, "un enjeu démocratique et culturel", France Télévisions doit "devenir plus diverse" dans l'information, la fiction, les divertissements afin "d'entrer en conversation avec les Français", estime M. SCHICK. Il faut que, sur les écrans mais également en son sein, France Télévisions "incarne toute la diversité de la société", insiste celui qui fut chargé de mission au sein de l'entreprise entre 1994 et 1997, proposant de créer notamment une plate-forme d'échange autour des émissions qui suscitent des débats ou encore de renouveler l'enquête menée fin 2018 auprès des téléspectateurs du groupe, qu'il avait piloté côté Radio France (cf. CP du 07/02/2019).

La différence de France Télévisions par rapport à ses concurrents doit, en outre, passer par ses offres éditoriales. Du côté de l'information, celle-ci doit se singulariser par la vérification de l'information, M. SCHICK suggérant en substance de conférer à la chaîne d'information en continu franceinfo le même rôle "d'agence" que sa déclinaison radio. Par ailleurs, les journaux télévisés restent essentiels dans l'offre de France Télévisions : leur importance doit être "confortée", assure-t-il tandis qu'il plaide pour un arrêt des "émissions d'infotainment" à l'instar d'"On n'est pas couché". Les enjeux autour de l'information sont trop importants, à ses yeux, pour qu'il soit permis de faire perdurer ce "mélange des genres (qui) brouille les codes". Par ailleurs, M. SCHICK propose de renforcer l'investigation, avec la création d'une direction de l'investigation, mais également de créer des pôles d'expertise sur différentes thématiques (nouvelles technologies, sciences…) qui irrigueraient les différentes rédactions. Il prône également la recherche de "nouveaux talents", qu'il s'agisse d'incarnations ou de "formats innovants et audacieux". Il faut être "inventif dans les horaires des premières parties de soirée", poursuit-il à l'appui de sa proposition de les faire débuter à des moments différents, gage de différenciation entre les chaînes elles-mêmes et par rapport à leurs concurrentes.

Soucieux de rajeunir le public du groupe audiovisuel, M. SCHICK relève deux aspects liés aux enjeux de la distribution des programmes : ceux-ci doivent continuer à être disponibles via la TNT, unique modalité de réception des flux pour près d'un quart des Français, rappelle-t-il, mais ils doivent également être diffusés sur les plates-formes, qu'elles soient propriétaires ou tierces. "La distribution doit être agile et équilibrée", avance le candidat pour qui les plates-formes et réseaux vidéo en ligne, qu'il associe à des "appâts", ont le mérite de donner de la visibilité aux programmes de l'entreprise à des publics qu'elle ne touche pas nécessairement.

Faire évoluer les recettes publicitaires et intégrer en amont celles liées à la diversification

Fort de son expérience au sein de la Maison Ronde, M. SCHICK prône une meilleure intégration des marques numériques à celles linéaires. "Au lieu d'être dissociées et de vivre dans des mondes à part, elles doivent s'enrichir mutuellement et proposer entre elles des relais d'audience", expose-t-il. Le développement de ces marques doit être penser "globalement", par les équipes des chaînes auxquelles elles se rattachent. A titre d'exemple, il considère qu'Okoo, l'offre numérique dédiée aux enfants, doit être développée au sein de France 5. Ce rapprochement entre antennes et marques digitales contribuera à renouveler la structure de l'auditoire, affirme-t-il, appelant à raisonner de façon intégrée.

La différenciation de l'offre de France Télévisions passe également par une meilleure complémentarité entre ses chaînes, lesquelles doivent voir leurs identités affirmées plus vigoureusement. Si France 2 a vocation à être "la plus généraliste des chaînes généralistes", à l'instar de France Inter, selon les dires de M. SCHICK, France 3 doit être "l'offre globale de la proximité", France 4 celle dédiée aux adolescents et jeunes adultes, France 5 à l'éducation, la découverte mais aussi aux enfants et à la famille (fort du postulat selon lequel "la télévision rassemble les générations"), tandis que France Ô conserve son rôle de "vitrine" des Outre-mer. S'agissant de franceinfo, la chaîne publique d'information en continu doit encore trouver son rythme, estime le candidat, pointant des "problèmes de réglage" liés à la volonté de la distinguer des autres chaînes en continu. "Il est possible d'être dans le rythme sans être dans le sensationnalisme", défend-il, mettant en avant le tissu d'experts dont bénéficie la chaîne et qui en fait sa valeur ajoutée.

Alors que des synergies ont été engagées entre France Télévisions et Radio France, M. SCHICK souhaite aller plus loin que : outre les matinales communes à France Bleu et France 3, il propose de développer une offre numérique commune. Il envisage également des synergies en matière de spectacle vivant, ouvrant la voie à une présence de Mouv' dans l'univers de France Télévisions ou encore à un renforcement des liens entre les entités télévisée et radio de franceinfo, notamment au niveau du management.

Sur le volet financier, compte tenu de la trajectoire financière esquissée par l'Etat pour le groupe public, M. SCHICK estime que France Télévisions doit "réfléchir sans tabou à une évolution de la publicité" diffusée sur ses antennes. Questionnant "l'efficacité" de la publicité, il interroge la pertinence des programmes courts et autres parrainages diffusés à partir de 20h30 et émet l'idée d'un retour de la publicité après 20h, pendant quelques minutes. Il suggère également de mettre en place des dispositifs "plus incitatifs pour la publicité visant des produits 'propres' ou 'neutres' pour l'environnement". Autre poche de ressources propres à exploiter : celles tirées de la production, via la filiale France TV Studio, ou encore celles liées à la diversification. Sur ce point, il considère que "la réflexion sur leur génération intervient en aval du processus de création et de production, alors qu'il devrait intervenir en amont, au moment où se définissent l'ambition du développement des programmes et la répartition des droits d'exploitation".

S'agissant de la production, France Télévisions doit veiller à conserver sa souveraineté vis-à-vis des producteurs, assume M. SCHICK, appelant à veiller au maintien d'un équilibre entre les différents producteurs auxquels le groupe fait appel.

Enfin, M. SCHICK propose de déployer une stratégie internationale, en amplifiant la coproduction à cette échelle. Il défend également la mise en place d'une plate-forme européenne de vidéo à la demande qui associerait notamment Arte, la BBC, la RAI… Un projet qui pourrait être porté au sein de l'Union européenne de Radio-Télévision (UER), précise-t-il.


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.