Vendredi 21 janvier 2022 à 06:25, 108540 biographies, 1280 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Philippe VARIN

M. Philippe VARIN

(Article de presse associé à la biographie)

Tout voir

Correspondance économique L'ancien président de France Industrie Philippe VARIN a remis son rapport sur la sécurisation de l'approvisionnement en matières premières minérales

Correspondance économique - Date de parution : 11/01/2022

"Le monde d'après sera certes sans carbone, mais riche en métaux", a observé M. Philippe VARIN, président du conseil d'administration de Suez et ancien président de France Industrie, en présentant son rapport sur la sécurisation de l'approvisionnement de l'industrie en matière premières minérales. Un rapport qui lui avait été confié en septembre dernier, et remis hier à Mme Barbara POMPILI, ministre de la Transition écologique, et Agnès PANNIER-RUNACHER, ministre déléguée chargée de l'Industrie.

Les travaux se sont concentrés en priorité sur les métaux des batteries (nickel, cobalt, lithium) et des aimants permanents (terres rares), "particulièrement critiques pour l'électromobilité et pour les nouvelles énergies", a souligné le ministère de la Transition écologique. Il s'agit d'un enjeu majeur pour la France et l'Europe, alors que 50 % du parc automobile sera électrique ou hybride en 2030, avec une production européenne de l'ordre de 13 millions de véhicules. Un changement de paradigme qui s'accompagne d'importants besoins en métaux stratégiques. "La demande mondiale

de cuivre va être multipliée par deux", a rappelé M. VARIN, mais aussi "par trois pour le nickel et par quatre pour le lithium". Pour les terres rares, indispensables aux aimants (présents à hauteur de 500 kg dans une éolienne en mer et 3 à 5 kg dans un moteur électrique), ce facteur sera compris "entre 3 et 4". Dès lors, "des tensions entre l'offre et la demande sont à prévoir", a averti l'ancien président de France Industrie.

Pour M. VARIN, l'UE accuse un retard de 20 ans sur la Chine, qui contrôle les chaînes d'approvisionnement pour les batteries sur le lithium, le nickel ou le cobalt. Or "70 à 80 %" des besoins européens viendront de l'extérieur du continent, a-t-il fait valoir, alors que "le recyclage est certes essentiel, mais aura un faible effet sur la décennie à venir". Et de rappeler que les pénuries "ne sont pas un concept mais d'ores et déjà une réalité". Outre les difficultés rencontrées actuellement sur le magnésium et certains composants, on se souvient que la Chine avait déjà réduit ses exportations de terres rares en 2010 suite à tensions avec le Japon. "L'impact avait été significatif à l'époque", a rappelé M. VARIN.

Son rapport préconise dès lors la mise en place, comme au Japon, d'un fonds d'investissement public/privé visant à sécuriser l'approvisionnement. Alors que "les constructeurs vont passer des commandes longs termes sur ces matériaux, de l'ordre de 5 à 10 ans", il s'agira concrètement de prendre des participations minoritaires dans des mines, au côté des grands groupes du secteur, et de mettre en place "des contrats d'approvisionnements de long terme, aux côtés d'opérateurs industriels, dans l'amont de la chaîne de valeur de la transition énergétique (mines, raffinage, première transformation, recyclage) avec, comme première priorité, l'amont de la mobilité électrique", a expliqué le ministère de la Transition écologique.

La mission appelle aussi à localiser les stades de valeur ajoutée intermédiaires entre les mines et les "gigafactories" de batteries (il existe une petite quarantaine de projets en Europe), pour les faire venir dans l'UE. M. VARIN a pointé le site de Dunkerque pour les métaux de batteries, qui jouit "d'une logistique idéale, de terrains disponibles et d'une électricité décarbonée" avec la proximité d'une centrale nucléaire et d'un futur champ éolien offshore. Autre initiative : une plateforme industrielle pour les aimants, sur le site de Lacq cette fois.

Parallèlement, en conformité avec les recommandations de M. VARIN, sera constitué un observatoire des métaux critiques, "rassemblant les moyens correspondants des industriels et des administrations".

Cette instance sera mise en place auprès du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et "en lien étroit avec le comité stratégique de la filière mines et métallurgies". De même, sera nommé un délégué interministériel à la sécurisation de l'approvisionnement en métaux stratégiques, afin de coordonner les actions des administrations tout en associant les industriels aux prises de décision.

Sur les batteries, une feuille de route technologique doit voir le jour sous la houlette du CEA et du CNRS, partagée entre industriels et recherche publique, sur les métaux des prochaines générations.

Alors que le règlement batteries est en cours d'examen au niveau européen (cf. CE du 06/01/2022), M. VARIN avertit que ce dernier devra être "précis" sur les émissions de gaz à effet de serre, et préconise aussi l'instauration d'un label certifiable "mine responsable".

Lancement d'un appel à projet national

Le gouvernement a dans le même temps annoncé le lancement d'un appel à projets sur les métaux critiques à destination des filières industrielles, dans le cadre de France 2030. "Dès 2020, le plan France Relance a permis de faire émerger des projets ambitieux afin de renforcer la sécurisation de l'approvisionnement de l'industrie en matière premières minérales", a-t-il été rappelé. Près d'une quarantaine de projets ont été soutenus dans ce cadre, représentant environ 550 millions d'euros d'investissements (110 millions d'euros de soutien public).

Il s'agit maintenant d'aller plus loin, toujours dans le cadre du plan d'investissement France 2030, via une enveloppe d'un milliard d'euros (500 millions d'euros d'aides d'Etat et 500 millions d'euros de fonds propres) pour renforcer la résilience du tissu industriel sur les chaînes d'approvisionnement en métaux. L'appel d'offres entend soutenir les meilleurs projets, en accompagnant des initiatives "rapidement industrialisables sur le territoire français, portées par des acteurs émergents aptes à devenir des compétiteurs de niveau mondial, ou par des acteurs d'excellence en place". Là encore, l'objectif est de "diminuer le degré de dépendance nationale vis-à-vis de fournisseurs européens", tout en développant les filières d'avenir.


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.