Jeudi 02 avril 2020 à 05:33, 104249 biographies, 15 mises à jour depuis une semaine
Bulletin Quotidien - Société Générale de Presse La correspondance économique - Société Générale de Presse Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse La correspondance de la publicité - Société Générale de Presse La correspondance de la presse - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Documentation biographique des quotidiens de la Société Générale de Presse
 
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
Les biographies.com - moteur de recherche de biographies - Société Générale de Presse
   Ajouter favorisImprimerFermer

M. Philippe WAHL

M. Philippe WAHL (Articles de presse associés à la biographie)

Tout voir

Correspondance économique Le Parlement approuve la reconduction de M. Philippe WAHL à la présidence du groupe La Poste

Correspondance économique - Date de parution : 30/01/2020

Le Parlement a approuvé hier par 58 voix "pour" et 5 voix "contre" la reconduction de M. Philippe WAHL, comme président du conseil d'administration du groupe La Poste pour un mandat de cinq ans, une nomination envisagée par le président de la République, M. Emmanuel MACRON (cf. CE du 20/12/2019).

Cette proposition était soumise aux commissions compétentes de l'Assemblée nationale et du Sénat, conformément aux conditions prévues à l'alinéa 5 de l'article 13 de la Constitution. A la suite de l'accord des deux commissions, cette proposition sera donc confirmée par un décret du président de la République "qui devrait intervenir avant le 27 février 2020" [qui sera le jour d'annonce des résultats 2019], précisait le groupe La Poste au mois de décembre dernier.

A l'Assemblée nationale, M. WAHL a obtenu 27 avis favorables contre deux défavorables et deux bulletins blancs (31 votants). Au Sénat, ce dernier a obtenu 31 avis favorables contre trois défavorables (34 votants).

Lors de son audition, M. WAHL n'a pas caché que "ce sera très difficile et très mauvais" dans les cinq années à venir, mais nous allons faire face. Il a notamment cité "les taux d'intérêt négatifs qui vont continuer à peser sur la banque et menacer CNP Assurances", mais aussi la baisse anticipée de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les colis, le nombre de colis livrés devant passer de 9 milliards en 2019 à 5 milliards en 2025.

Rappelons que La Poste a réalisé un chiffre d'affaires de 26 milliards d'euros en 2019 (contre 22 milliards en 2014 au lancement du plan stratégique), malgré un recul de 3,6 milliards d'euros du chiffre d'affaires sur le courrier en cinq ans. La distribution des lettres devrait représenter moins de 20 % du chiffre d'affaires du groupe public en 2020 (contre 40 % en 2010). Le résultat d'exploitation s'élève à 890 millions d'euros en 2019 contre 790 millions en 2014. La Poste emploie 250 000 personnes.

M. WAHL a dévoilé les grandes lignes du nouveau plan stratégique à dix ans qui doit incarner la "vue longue" du groupe. La direction fait le choix de s'appuyer sur un modèle multi-activité considéré comme "plus stable". "La Poste 2030" va ainsi poursuivre la diversification dans les services à domicile et les services de protection numérique. Il s'agit également de poursuivre la transformation de La Poste en investissant massivement dans la technologie et l'appareil de production. Son président compte sur les profits du groupe, mais aussi sur une augmentation de capital de ses deux actionnaires, la Caisse des dépôts et l'Etat, pour son financement.

Ainsi, La Poste va s'appuyer sur quatre moteurs de croissance. Le premier concerne la logistique qui devrait être le premier secteur d'activité du groupe. Sa filiale Geopost est passée de 4,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2013 à 10,1 milliards attendus en 2020. M. WAHL a indiqué que le projet est de poursuivre l'internationalisation. Celui qui se revendique comme le premier opérateur logistique français, a l'ambition de devenir le leader en Europe du transport de marchandises. L'acquisition en 2019 du leader du marché du colis en Italie BRT va l'y aider. En Asie du Sud Est, La Poste a pris une participation dans une entreprise de Singapour. En Inde, le groupe détient 45 % du capital d'une entreprise familiale, et est aussi présent au Brésil pour se développer en Amérique latine. Enfin, La Poste implante progressivement son activité de logistique en Afrique. En France, La Poste a d'ores et déjà signé des accords avec 19 métropoles (sur 22) pour proposer du transport urbain de marchandises décarboné.

Deuxième moteur de croissance du groupe, les services financiers. M. WAHL s'est félicité du projet de création du grand pôle financier public autour de La Banque Postale et de CNP Assurances qui "attend encore quelques autorisations réglementaires" pour devenir "la 13ème banque de l'Union européenne", a-t-il précisé sans donner de calendrier. "Il faut maintenant réussir l'articulation" entre les deux entités. "Les deux grandes priorités au-delà de la finance vont être d'être exemplaire en matière de banque citoyenne et d'être exemplaire en matière d'écologie et de développement durable", a souligné M. WAHL. Ainsi, La Poste s'apprête à renégocier les nouvelles conditions d'accessibilité bancaire avec la Commission européenne. Son président a également souligné que La Banque Postale Asset Management était le seul gestionnaire d'actifs à être 100 % ISR en 2020.

Troisième moteur de croissance du groupe, les services à domicile en France. Partie de rien en 2013, cette activité a réalisé 494 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019. Cela concerne notamment l'examen du Code de la route et la livraison de repas aux personnes âgées. M. WAHL a rappelé les chiffres du vieillissement de la population - 1,3 million de nonagénaires en 2030 et 10 millions de personnes au-dessus de 70 ans en 2040. "Il y a un besoin de proximité considérable. Nous sommes là pour y répondre". M. WAHL a cité plusieurs projets en cours qui témoignent des ambitions du groupe : La Poste a créé une société d'économie mixte avec le département des Landes pour construire un village Alzheimer qui permettra d'accueillir les seniors. De même, le groupe travaille avec le professeur gérontologue Bruno VELLAS sur la prévention des difficultés du grand âge qui serviront aux facteurs dans leurs nouvelles missions.

Quatrième et dernier facteur de croissance, les services de protection numérique. La Poste a l'ambition de devenir le tiers de confiance dans la société numérique. Le groupe revendique déjà la position de leader dans l'hébergement de données de santé en France. L'entreprise a notamment signé un accord avec l'ordre des pharmaciens pour conserver et gérer les données des officines. La Poste a également un service d'identité numérique qui offre un niveau de garantie reconnu officiellement "substantiel" par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), une première en France. Un label, qui offre l'avantage d'être valable dans toute l'Union européenne, et qui doit permettre notamment d'ouvrir des services en ligne plus "sensibles". M. WAHL a également cité l'offre Digiposte qui permet de recevoir et classer automatiquement ses documents importants (factures, justificatifs de domicile, relevés de compte, bulletins de paie, etc.) de façon sécurisée et qui sont toujours disponibles.

Lors de son audition devant le Parlement, M. WAHL a également évoqué les missions de service public de La Poste. Au cours du plan stratégique 2014-2020, le groupe aura investi 2 milliards d'euros dans l'aménagement du territoire et la rénovation des bureaux de poste. S'agissant du service universel postal qui est en déficit depuis 2018, "il va falloir rétablir cet équilibre et pas seulement par une augmentation des tarifs", a prévenu son président. Celui-ci s'est néanmoins engagé à maintenir les tournées 6 jours sur 7. Idem concernant les 17 000 points de contact (dont la moitié sont des "points de partenariat"). Pour y parvenir, M. WAHL préconise "une mutualisation avec les collectivités locales". Le nouveau contrat de présence postale territoriale qui sera signé la semaine prochaine avec l'Etat et l'Association des maires de France va justement redéfinir pour les trois ans à venir les conditions de cette présence.

Enfin, M. WAHL a annoncé que le groupe allait profiter de l'annonce des résultats du groupe le 27 février prochain, pour lancer officiellement une grande démarche participative pour demander l'avis des 220 000 postiers français sur le plan stratégique La Poste 2030. Il compte également consulter le Parlement, mais aussi y travailler avec les différentes associations d'élus (Association des maires de France, Assemblée des départements de France, Régions de France). Les clients seront également consultés. Parallèlement, le groupe a lancé un processus de raison d'être et se prépare à devenir une entreprise à mission et à se doter d'un comité des parties prenantes.

Correspondance économique Le président de la République Emmanuel MACRON propose la reconduction de M. Philippe WAHL à la présidence-direction générale de La Poste

Correspondance économique - Date de parution : 20/12/2019

Le président de la République envisage, sur proposition du Premier ministre, de renouveler M. Philippe WAHL en qualité de président-directeur général de La Poste", a annoncé hier l'Elysée. Cette proposition sera soumise aux commissions compétentes de l'Assemblée nationale et du Sénat, conformément aux conditions prévues à l'alinéa 5 de l'article 13 de la Constitution. Sous réserve de l'accord des deux commissions, cette proposition sera confirmée par un décret du président de la République "qui devrait intervenir le 27 février 2020", précise le groupe La Poste.

Né en mars 1956, diplômé de l'Institut d'Etudes politiques (IEP) de Paris, titulaire d'un diplôme d'études approfondies (DEA) de Sciences économiques, ancien élève de l'ENA (promotion "Louise Michel"), ancien maître des requêtes au Conseil d'Etat, M. Philippe WAHL fut notamment chargé de mission auprès de M. Tony DREYFUS au secrétariat d'Etat auprès du Premier ministre, puis directeur de son cabinet à partir de juillet 1988, avant de devenir conseiller technique au cabinet de M. Michel ROCARD à Matignon (octobre 1989-mai 1991). Il fut également directeur général de la Caisse nationale des caisses d'épargne (1999-2003), directeur général d'Havas (2005-2006), vice-président (média-communication) du groupe Bolloré (2006-2007), directeur général pour la France, puis pour la France, la Belgique et le Luxembourg de The Royal Bank of Scotland (2007-2011), et président du directoire de La Banque Postale (2011-2013). Depuis 2013, M. Philippe WAHL est président-directeur général du groupe La Poste. Il est également administrateur de CNP Assurances depuis 2011 et président du conseil de surveillance de La Banque Postale depuis 2013.

Une évolution de la composition du conseil d'administration liée à la constitution du pôle financier public

Réuni sous la présidence de M. WAHL, le conseil d'administration de La Poste a arrêté hier les résolutions qui seront soumises à l'assemblée générale de La Poste pour donner naissance au grand pôle financier public. Cette assemblée générale, qui doit se tenir courant janvier 2020, se prononcera sur l'ensemble des opérations nécessaires à la montée de la Caisse des dépôts au capital de La Poste et de celle de La Poste au capital de la CNP.

Rappelons que le ministre de l'Economie et des Finances Bruno LE MAIRE a lancé en août 2018 la création d'un pôle financier public destiné à regrouper La Banque Postale et CNP Assurances. Sa réalisation implique "deux étapes concomitantes" : d'abord, par voie d'apport par l'Etat et la Caisse des dépôts à La Poste - puis par celle-ci à La Banque Postale - de leurs participations respectives de 1,1 % et 40,9 % au capital de CNP Assurances. Dans une seconde étape, par l'acquisition par la Caisse des dépôts, auprès de l'Etat, d'une participation complémentaire au capital de La Poste pour un montant de près d'1 milliard d'euros. Au terme de cette opération, La Poste sera détenue majoritairement par la Caisse des dépôts (à hauteur de 66 %) et à hauteur de 34 % par l'Etat. CNP Assurances aura ainsi La Banque Postale comme actionnaire majoritaire à hauteur de 62,1 %.

L'Assemblée générale adaptera la gouvernance de La Poste à son rapprochement avec la Caisse des dépôts. Ainsi, le conseil d'administration de La Poste sera composé des sept administrateurs salariés élus par le personnel pour cinq ans (qui poursuivent leur mandat jusqu'à l'échéance de janvier 2021), de treize administrateurs nommés par l'assemblée générale : onze proposés par la Caisse des dépôts et deux proposés par l'Etat. L'Etat nomme également par arrêté un représentant. Trois censeurs nommés par décret, deux représentants les communes et leurs groupements et un représentant les usagers, participeront aux réunions du conseil d'administration.

Le conseil d'administration de La Poste a arrêté hier le nom des douze administrateurs dont la nomination pour un mandat de cinq ans sera soumise à l'assemblée générale :

- Onze administrateurs proposés par la Caisse des dépôts : M. Eric LOMBARD, directeur général du groupe Caisse des dépôts, représentant la Caisse des dépôts ; M. Olivier SICHEL, directeur général adjoint de la Caisse des dépôts ; Mme Virginie CHAPRON DU JEU, directrice des finances du groupe Caisse des dépôts ; Mme Virginie FERNANDES, directrice du pilotage des participations stratégiques du groupe Caisse des dépôts ; M. Olivier MAREUSE, directeur des gestions d'actifs - directeur des fonds d'épargne du groupe Caisse des dépôts ; Mme Catherine MAYENOBE, secrétaire générale du groupe Caisse des dépôts, Mme Marie-Pierre de BAILLIENCOURT, administratrice de sociétés ; Mme Corinne LEJBOWICZ, ancienne directrice générale de PrestaShop ; M. Philippe LEMOINE, président du Forum d'Action Modernités ; Mme Françoise MALRIEU, administratrice de sociétés, Mme Claire WAYSAND, directrice générale adjointe et secrétaire générale du groupe Engie ;

- Un administrateur proposé par l'Etat : M. Franck GERVAIS, directeur général Europe d'Accor.

En outre, le second administrateur proposé par l'Etat sera M. Philippe WAHL.

La Banque Postale envisagerait de formuler une offre pour les activités de détail françaises d'HSBC

La Banque Postale envisagerait de formuler une offre pour les activités de détail françaises de HSBC, selon l'agence Reuters s'appuyant sur des sources proches des discussions d'HSBC en France. Le groupe La Poste "ne commente pas" cette information. Aujourd'hui, la banque est présente dans les bureaux de Poste même si elle a lancé en juillet dernier, sa néo-banque, Ma French Bank, qui revendique aujourd'hui 100 000 clients.

Rappelons que la filiale française d'HSBC, qui a enregistré une perte de 17 millions d'euros en 2018, a entrepris un examen stratégique de ses activités de détail, l'une des options possibles étant la cession totale ou partielle de son pôle banque de détail, un réseau construit sur celui de l'ancien Crédit commercial de France (CCF) qui compte 250 agences environ et 3000 collaborateurs (cf. CE du 19/09/2019).

Enfin, Docaposte a annoncé hier le rachat de Softeam Group, spécialisé dans les métiers du consulting dans les secteurs de la finance, de la banque, de l'assurance. Créé en 1989, Softeam Group, 150 millions d'euros de chiffre d'affaires annoncé en 2019 et 1400 collaborateurs, développe également une offre associant digital agency, digital factory, data et intelligence artificielle. "L'objectif est de constituer un leader de la transformation numérique sur ses quatre marchés stratégiques de la banque-assurance, de l'e-santé, du secteur public et des PME", explique Docaposte. Avec plus de 5000 collaborateurs et 23 000 clients, Docaposte réalisera un chiffre d'affaires 2019 de plus de 550 millions d'euros. Le nouvel ensemble vise 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2023.

Correspondance économique Le Parlement approuve la reconduction de M. Philippe WAHL en tant que président-directeur général de La Poste

Correspondance économique - Date de parution : 14/01/2016

Le Parlement a approuvé hier la reconduction de M. Philippe WAHL au poste de président-directeur général de La Poste. Rappelons que l'assemblée générale du groupe La Poste qui s'est réunie le 21 décembre dernier (cf. CE du 15/12/2015 et du 22/12/2015), a proposé la reconduction du mandat de M. WAHL, qui avait succédé à M. Jean-Paul BAILLY en septembre 2013. Cette proposition a été soumise hier aux commissions compétentes de l'Assemblée nationale et du Sénat.

Conformément à l'article 13 de la Constitution, ce poste figure dans la liste des emplois pour lesquels le président de la République ne peut procéder à une nomination lorsque l'addition des votes négatifs dans chaque commission représente au moins 3/5èmes des suffrages exprimés au sein des deux commissions.

La commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale a voté pour à 38 voix, une voix contre, et une abstention. La commission des Affaires économiques du Sénat a voté pour 19 voix pour, une voix contre et quatre bulletins blancs.

Lors de son audition devant le Parlement, M. Philippe WAHL a exposé sa vision de la transformation du groupe La Poste, confronté à une baisse très sensible des volumes du courrier (-6,5 % en 2015), qui impacte son chiffre d'affaires (- 600 millions d'euros), ainsi que la baisse de la fréquentation des bureaux de poste (- 6 % en 2015). Depuis 2013, M. WAHL s'est ainsi attaché à redresser économiquement l'entreprise publique confrontée à une baisse de son résultat d'exploitation et à une consommation de cash et indique être "en avance sur sa trajectoire".

"Les cinq années à venir seront radicalement différentes", a-t-il souligné. La Poste doit "garder et moderniser ses missions de service public", a expliqué M. WAHL citant l'apparition en 2016 de nouveaux formats de présence sur le territoire : les relais postaux avec l'économie sociale et solidaire (ESS), les facteurs-guichetiers, les maisons de services au public. 110 maisons ont ainsi été construites dans des bureaux de poste en 2015, pour un objectif de 500 à la fin 2016. 265 facteurs-guichetiers, sur le modèle de l'historique receveur-distributeur, ont été déployés l'an dernier, l'objectif étant fixé à plus de 1000 pour 2017.

Espaces mutualisés de services au public labellisés par les préfets de département, les Maisons de services au public délivrent une offre de proximité et de qualité à l'attention de tous les publics. Elles sont constituées autour d'une structure porteuse (collectivité locale, association, groupement d'intérêt public) qui réunit plusieurs opérateurs, en moyenne 7. Il peut s'agir de La Poste, Pôle emploi, la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), EDF, la SNCF ou encore GDF Suez. L'objectif fixé par le Premier ministre est d'atteindre 1000 maisons d'ici 2017, afin de répondre aux besoins des habitants et de compléter le maillage.

L'ambition de M. WAHL est de faire de La Poste en 2020 "la première entreprise de service de proximité humaine dans notre pays", en misant sur les nouveaux services de proximité comme la veille à domicile, le transport de courses. "La silver economy est un gisement pour La Poste", a-t-il souligné. Le développement de l'activité de colis, qui représente un milliard d'objets transportés dans le monde, ne peut en effet à elle seule compenser la baisse du volume du courrier, qui représentait en 2015 13 milliards d'objets transportés, contre 18 milliards en 2008. "La compensation viendra des nouveaux services de proximité proposés par le facteur", a-t-il expliqué. Parmi les nouvelles missions des postiers, figure notamment l'examen du permis de conduire, tel que décidé par la loi Macron. 50 postiers ont reçu un agrément et une formation de 3 mois afin de venir en renfort des examinateurs de l'épreuve pratique du permis de conduire, a indiqué M. WAHL, et lorsque les "décrets d'application nécessaires seront pris", les bureaux de poste pourront être des centres pour passer l'examen du code de la route.

Parmi ses autres objectifs, figure l'internationalisation du groupe. L'international, via l'import notamment, représente 15 à 20 % du chiffre d'affaires du groupe. M. WAHL ambitionne de faire de Geopost, actuellement numéro deux du secteur du transport et de la livraison de courrier par mode routier derrière DHL, le numéro un. La Poste, qui a équipé tous ses facteurs de smartphones, compte également accélérer dans le numérique, selon la stratégie présentée à l'automne dernier (cf. CE du 08/10/2015).

Interrogé par de nombreux députés sur la présence de La Poste dans les territoires avec la fermeture de certains bureaux de poste ou la réduction de l'amplitude horaire en zones rurales, M. WAHL a tenu à rappeler son attachement à "rester dans les territoires". "Mais nous ne pourrons pas garder cette présence sans la mutualisation avec les collectivités territoriales et la multiplication des formats. C'est notre identité française. Je rappelle qu'en Allemagne, il n'y a plus un seul bureau de poste", a-t-il ajouté. Il a dit, en outre, entendre les préoccupations des élus sur l'ouverture des bureaux de poste le samedi matin en zone rurale.

Correspondance économique M. Philippe WAHL, président-directeur général de La Poste, auditionné par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale

Correspondance économique - Date de parution : 19/03/2015

La commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, présidée par M. François BROTTES, député (PS) de l'Isère, a procédé hier à l'audition de M. Philippe WAHL, président-directeur général de La Poste, qui a réaffirmé l'engagement du groupe pour la transformation et l'innovation, afin d'"inventer un nouveau modèle postal". Refusant "la nostalgie", il a mis en lumière le développement de nouveaux services. "Nous allons être des acteurs de la réforme du permis de conduire et accueillir à la Poste des services publics", a-t-il indiqué, plaidant pour "la mutualisation des moyens" et "pour pallier la baisse de fréquentation des bureaux de Poste".

M. WAHL a indiqué qu'un processus de consultation avait été lancé pour mettre en place 1000 maisons de services publics dans le cadre de son réseau. "Le processus de consultation des commissions départementales de présence postale territoriale a commencé", a-t-il précisé. "Nous allons élaborer des listes [de communes] qui bénéficieront du consensus des élus territoriaux et on accueillera ces maisons de service au public dans les bureaux de poste", a-t-il poursuivi, ajoutant que les localisations qui ressortaient de la consultation étaient "souvent des anciens chefs-lieux de cantons qui viennent juste d'être modifiés".

Le Premier ministre Manuel VALLS avait confirmé vendredi la mise en place d'ici fin 2016 de 1000 maisons de services publics où seront regroupés différents organismes tels qu'EDF, GDF, la Caisse d'allocations familiales (CAF) et Pôle Emploi, soit un triplement de leur nombre par rapport à aujourd'hui (cf. CE du 16/03/2015). Fin février, La Poste s'était dite "prête" à accueillir des maisons de services publics dans ses bureaux, à la suite du rapport du député (PS) du Lot Jean LAUNAY en janvier qui proposait cette mesure (cf. CE du 26/02/2015).

Revenant sur les résultats de 2014, M. WAHL a rappelé que le résultat d'exploitation s'est inscrit en recul de 7,6 % à 719 millions d'euros. "Ce n'est pas une bonne nouvelle", a-t-il reconnu. "Nous l'avions anticipé", a-t-il néanmoins précisé. Le président-directeur général de La Poste s'est félicité des premiers effets du plan stratégique, au regard de la progression de 2,1 % du chiffre d'affaires annuel qui s'est établi à 22,16 milliards d'euros. "On compense les mécanismes d'attrition du courrier et notre pari de tabler sur le colis à l'international fonctionne", a-t-il souligné, ajoutant que "retrouver de la génération de trésorerie est un enjeu pour le groupe".

Selon M. WAHL, "2014 donne des raisons d'espérer et de croire en la transformation du modèle". Il considère que 2015 pourrait être l'année du rebond, marquée par "une croissance du chiffre d'affaires, du résultat d'exploitation et une génération de trésorerie positive". Il estime que "ce serait le début d'une longue marche". Enfin, évoquant le volet social, "élément fondamental de la transformation du groupe", processus qui "ne peut pas s'arrêter", il souhaite "donner la priorité à la formation et à la mobilité, plutôt qu'à la garantie d'emploi".


--- LesBiographies.com ---

Ce site nécessite l'activation du Javascript.
Chargement...
(?)


(?)

(?)

(?)

Le site « www.LesBiographies.com » est une publication de la Société Générale de Presse : 13 av de l'Opéra - 75039 Paris Cedex 01 - France.

Direction de la publication : Laurent Bérard-Quélin

Le site web est hébergé par OVH-France : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.